Entretien avec Vivien Richard autour de la numérisation des conseils des ministres aux Archives nationales

Vivien Richard est conservateur du patrimoine, en charge des archives des chefs du gouvernement aux Archives nationales. Autour de 5 questions, il revient sur la numérisation des conseils des ministres et les enjeux archivistiques qu’un tel projet met au jour.

 

 

Quel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Après avoir passé deux ans de classes préparatoires aux grandes écoles hypochartes et chartes au lycée Henri-IV, trois ans et demi de scolarité à l’École nationale des chartes puis un an et demi de formation à l’Institut national du patrimoine, je suis aujourd’hui titulaire du diplôme de conservateur du patrimoine, spécialité archives, dans la fonction publique d’État. Ce parcours initial est doublé d’un parcours universitaire à Paris 4 où je prépare actuellement un doctorat d’histoire (portant sur la chambre du roi sous l’Ancien Régime).

Depuis ma sortie de l’Institut national du patrimoine en 2011, je suis affecté aux Archives nationales où m’incombe la responsabilité des archives des chefs du Gouvernement et des services rattachés à Matignon. Ces fonds remontent pour les services administratifs aux années 1930 et sont composés d’entrées de Matignon puis de versements réguliers réalisés par la mission des archives installée à Matignon et d’entrées d’archives mixtes (publiques et privées) par don ou dépôt.

 

Quelles sont, selon vous, les métamorphoses qu’ont connues les archives (et les Archives nationales en particulier) avec la généralisation du numérique et de la numérisation ?

La conséquence directe de la généralisation du numérique et de la numérisation porte sur la relation au public, aux chercheurs, universitaires et amateurs. Dans une société médiatique, la demande sociale de l’image est forte et permanente. Les archives ont pleinement saisi ce mouvement et l’accompagnent.

En effet, le monde des archives en France a entrepris depuis de nombreuses années maints chantiers de numérisation, notamment dans les services d’archives départementales – pensons à l’état-civil ou aux matricules militaires. Les Archives nationales ont numérisé de manière régulière des corpus de documents. Néanmoins précisons tout de suite que la numérisation de fonds entiers est impossible. Le nombre de vues et la conservation papier et numérique des documents – on ne numériserait pas pour détruire ensuite les originaux – aurait un coût inatteignable. Les choix se portent, avec le filtre des types de recherches thématiques et ciblées des lecteurs, sur des fonds parmis les plus anciens, les plus précieux, les plus emblématiques, les plus demandés en consultation ou bien encore ceux faisant l’objet de programmes de recherche et de valorisation. Au sein de ces fonds, des sélections sont également souvent nécessaires. Avec la réorganisation des Archives nationales ces dernières années, ainsi qu’avec l’écriture et la mise en oeuvre d’un projet scientifique, culturel et éducatif où la numérisation a une grande place, les chantiers de ce type se multiplient aujourd’hui.

La numérisation de documents s’est accompagnée en amont de la numérisation d’instruments de recherche pour les rendre accessibles en ligne. Une telle mise en ligne de corpus numérisés permet aux chercheurs de mener ou d’approfondir des recherches thématiques et ciblées à distance. Plus la courbe des consultations en ligne croît, plus celle des consultations en salle de lecture s’amenuise. La relation au public est donc en profonde mutation, car certains chercheurs se rendent moins dans les services d’archives alors qu’ils n’ont jamais eu à disposition autant d’informations et d’éléments depuis leur domicile pour connaître les fonds d’archives et les opérations de classement et de valorisation menées par les archivistes. Rendre leur fréquentation également physique est d’ailleurs un défi à relever.

 

Quel regard portez-vous sur la salle des inventaires virtuelle ? Cette interface a-t-elle modifié votre pratique professionnelle ? En quoi ?

La salle des inventaires virtuelle des Archives nationales (SIV) est un outil qui s’adresse autant au public qu’aux professionnels des archives. Chacun est amené à repenser son rapport aux instruments de recherche et sa propre démarche de recherche.

Pour les chercheurs, le gain est immédiatement évident. Le plus possible d’instruments de recherche est en ligne. Des chargements ultérieurs sont prévus en raison d’un dernier programme pluriannuel de dématérialisation d’instruments préexistants. Quant aux nouveaux instruments de recherche ils sont créés directement dans le module ad hoc de la SIV par les archivistes. Le numérique n’est pas qu’une culture, c’est désormais une pratique.

Les chercheurs ont désormais accès aux données accessibles par hiérarchisation ou par moteur de recherche. Lorsqu’ils ont la nécessité de se tourner vers les archivistes, leurs questions sont moins génériques, plus précises et ponctuelles. Cela conduit l’archiviste à une connaissance et des approches plus pointues des fonds dont il a la charge.

La conception de l’ensemble de la SIV a en outre permis de rationnaliser certains processus de travail, d’où des gains de temps non négligeables pour tous les acteurs.

 

Quelle est la genèse du projet de numérisation des communiqués de presse des conseils des ministres ? Comment ont été pensées la répartition des différents acteurs et leur fonction dans l’opération ?

Les dossiers de séance des conseils des ministres forment une collection complète depuis 1945 – les dernières années sont encore conservées au Secrétariat général du Gouvernement. Les concernant, deux constats sont apparus et ont conduit à la mise en route d’un projet dédié.

Tout d’abord la périodicité hebdomadaire du conseil des ministres occasionne aujourd’hui la conservation d’environ cinquante dossiers de séances par an. Chaque conseil a son ordre du jour précis. Les chercheurs connaissent parfois la date complète d’évocation d’un projet de loi ou d’une communication ministérielle mais parfois ils ne connaissent ni le mois ni le jour exact. D’autres chercheurs élaborent des travaux thématiques et aimeraient accéder à tous les conseils évoquant leur thématique de recherche sur une période donnée. Néanmoins, aucune clef n’existe pour affiner la sélection. Procéder par sondage ou par consultation large dans une période donnée est la seule issue dont la lourdeur est évidente.

Par ailleurs, selon la législation en vigueur, certains dossiers de séance sont consultables au bout de 25 ans, d’autres de 50 ans. Tout dépend des sujets évoqués autour de la table du Conseil. Avant l’échéance de ces délais, des dérogations sont impératives pour y accéder. Aujourd’hui tous les dossiers antérieurs à 1965 sont libres, tous ceux postérieurs à 1990 sont soumis à dérogation. Les dossiers datant de 1965-1990 sont de facto soit librement communicables soit communicables sous dérogation. L’archiviste, une fois saisi par le chercheur qui s’est heurté à un refus de libre communication, n’a aujourd’hui aucune possibilité de connaître le contenu exact et la communicabilité des dossiers sans aller consulter les cartons concernés.

Élaborer un outil complet, recensant conseil par conseil, s’est donc imposé et a rencontré le projet DÉFI (Décideurs : figures médiatiques de l’autorité).

 

Quels sont les enjeux institutionnels, archivistiques et scientifiques de cette numérisation ?

Ces enjeux sont multiples. Ni les institutions productives des documents, ni les Archives nationales, et bien sûr, ni les chercheurs, ne disposent – comme nous l’avons vu – d’un quelconque inventaire global. L’enjeu institutionnel tant pour les services producteurs que pour les Archives nationales est grand. Les services auront plus de facilité à accéder à leur propre mémoire et les Archives nationales à connaître ces fonds emblématiques de l’action du pouvoir exécutif. Par ce fonds, les Archives nationales se trouvent par ailleurs au carrefour de nombreuses institutions, sujets de recherche et problématiques propres à nourrir des projets et partenariats.

Les enjeux archivistiques et scientifiques ne sont pas moindres, et ce au fil des étapes du projet. De très nombreux dossiers de séance étant encore soumis à dérogation, sélectionner parmi tous les documents d’un dossier de séance une unique typologie commune à toute la période étudiée était une évidence. Le communiqué de presse qui est par définition librement communicable répond à cette demande. La série des dossiers de séance constituée et versée par le secrétariat du Conseil des ministres au Secrétariat général du Gouvernement est la source principale. Pour des raisons historiques (absence de communiqué), de conservation ou d’archivage, les dossiers ne comportent pas aujourd’hui de communiqué. Les manques doivent être complétés par les communiqués de presse de dossiers de séance issus d’autres ensembles – archives du général de Gaulle président du Gouvernement provisoire de la République française, archives de Vincent Auriol et de René Coty, archives du général de Gaulle président de la République. A défaut, le choix se porte sur un document librement communicable à valeur informative la plus équivalente possible (ordre du jour par exemple). L’équipe dévolue au projet a monté à partir de là un inventaire factice. Cette conception archivistique non identifiée, dont le déroulé matériel requiert du temps et de la manutention (sélection des cotes, extraction des communiqués présents, recherche de communiqués manquants, extraction de ces communiqués ou choix d’un autre document similaire du même conseil, constitution de la collection factice, numérotation et récolement final), révèle en revanche un inventaire des plus simples qui se découpe par année, par mois et ensuite par date de conseil. À chaque date se trouve la ou les vue(s) du communiqué de presse et une indexation sous forme de mots-clefs permettant aux chercheurs de faire émerger dans notre moteur de recherche les conseils des ministres nécessaires à leurs travaux. Chaque conseil voit préciser la cote réelle où se trouve le dossier de séance complet que l’on peut demander en communication libre ou en communication par dérogation.

Un dernier enjeu archivistique et scientifique revient aux Archives nationales et aux chercheurs. Chaque conseil des ministres s’inscrit dans une temporalité, un présent et une action politiques qui ont produit de nombreux documents d’archives conservés aux Archives nationales. Les archives des cabinets des chefs du Gouvernement et bien sûr celles des présidents de la République sont en résonance immédiate avec les dossiers de séances des conseils des ministres. Le lieu de prise de décision se comprend mieux en suivant le processus de décision dans son intégralité.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que cet inventaire présentera une collection qui n’aura existé réellement que quelques mois pour sa numérisation. En effet, la collection, préparée durant l’hiver 2014-2015 et numérisée au printemps 2015, est éclatée durant l’été 2015 pour que chaque document retrouve son fonds d’origine et son dossier propre.

Enfin, un dernier enjeu se rattache à la prolongation de cette mise en ligne. Le projet actuel dans sa première phase s’arrête en 1981. En effet à partir de cette année-là, la présidence de la République conserve une base de données de tous les conseils des ministres. Un export de données et métadonnées permettra de mettre à jour l’instrument de recherche des Archives nationales. Les conseils ne figureront bien sûr qu’une fois leurs dossiers de séance physiquement versés et cotés aux Archives nationales.

 

Au regard de votre parcours, comment projetez-vous les usages de cette numérisation des communiqués de presse des conseils des ministres et de sa mise en ligne ?

La mise en ligne de l’instrument de recherche complet offre à la recherche comme à l’administration publique une clef d’entrée dans tous les conseils des ministres de la IVe et de la Ve République. Par un simple outil numérique, les dossiers de séance du principal organe décisionnel du pouvoir exécutif seront repérables physiquement, présentés succintement grâce au libellé du communiqué et ensuite consultables en salle de lecture. Les usages seront quotidiens aux Archives nationales au fil des demandes des lecteurs – recherche et dérogation –, dans certaines administrations demandeuses et bien sûr depuis les lieux de travail des chercheurs.

La parole politique qui se met en scène chaque mercredi trouvera ainsi, après sa pérennité physique dans les magasins des Archives nationales, une plus grande accessibilité à tous. Les valorisations et partenariats possibles sont nombreux autour de l’étude politique, institutionnelle et médiatique du discours tenu à la presse depuis 1945 à l’issue du Conseil des ministres. Le monde de la recherche et les archivistes prendront en main cet outil et donneront sans aucun doute une nouvelle vie, cette fois-ci zététique à des fonds-clefs de compréhension de notre vie politique contemporaine. La numérisation et la mise en ligne de l’inventaire, accompagnés de la présentation du projet lors d’un colloque organisé par le CELSA en septembre 2015 et de la rédaction d’une fiche d’aide à la recherche et de conférences de présentation seront les premières marches indispensables à la diffusion de ce nouveau vecteur de connaissance. Chacun dans son domaine de compétence, de nombreux historiens, politologues et experts du monde de la communication pourront se saisir de ce corpus. La mise en confrontation de leurs lectures et analyses pourrait nourrir un second projet pluriannuel de recherche !

Enfin, par la numérisation et la mise en ligne des communiqués de presse des conseils des ministres, les Archives nationales, en partenariat avec le CELSA, assurent plus que jamais leur vocation de publicité des sources et d’accès à tous à l’histoire et au patrimoine de l’État.

 

Entretien avec Isabelle Chave autour de la numérisation des communiqués de presse des Conseils des ministres

Le programme Défi accompagne la numérisation des communiqués de presse des Conseils des ministres menée par les Archives nationales, institution partenaire.

Uniques traces médiatiques des « décisions » prises, en tout cas « actées », en Conseil des ministres, les communiqués de presse depuis 1945 prochainement mis en ligne dans la salle des inventaires virtuels des Archives nationales constituent un outil de recherche tout à fait inédit.

Isabelle Chave, conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’Exécutif et du Législatif depuis 2012, répond à 5 questions autour des missions des Archives nationales et des enjeux qui traversent la numérisation des archives en général et des communiqués de presse des Conseils des ministres en particulier.

Quelles sont les missions d’un conservateur du patrimoine aux Archives nationales ?
Elles sont naturellement variables, et plus que variées dans les faits, en fonction du poste occupé aux Archives nationales, sur chacun des trois sites. Mais, diplômé de l’Institut national du patrimoine, un conservateur est susceptible d’assurer – en tout ou partie – des missions qui s’attachent à la collecte des archives (suivi des entrées des archives publiques, démarches actives vis-à-vis des détenteurs d’archives privées ou mixtes), à la conservation (du conditionnement en matériaux adaptés à la commande de supports de substitution, numériques le plus souvent), à la description normative et à la conception et réalisation d’outils d’orientation dans les fonds (répertoires numériques, guides de sources, bases de données, fiches d’aide à la recherche, notices historiques sur les producteurs des archives), à la communication (assistance scientifique des chercheurs, instruction des demandes d’autorisation et de dérogation pour les documents non communicables) et à la valorisation culturelle, scientifique et éducative (expositions, colloques, publications imprimées ou en ligne, ateliers pédagogiques) des fonds d’archives, quels que soient leurs supports, conservés par les Archives nationales, du VIIe siècle à nos jours, et pour des fonds  en accroissement constant. Le plus souvent, ces missions s’exercent sur un mode collaboratif et partenarial, en interne ou avec l’extérieur, et toujours avec un recours prégnant aux technologies de l’information et de la communication.

Quels sont les périmètres des fonds et les spécificités du département de l’Exécutif et du Législatif, qui conserve les principales archives relatives aux Conseils des ministres ?
Au sein de la direction des Fonds, l’une des quatre directions des Archives nationales, le département de l’Exécutif et du Législatif (DEL), créé en juillet 2012, a hérité des fonds précédemment conservés, à Paris, par les sections du XIXe siècle et du XXe siècle, en partie, et, à Fontainebleau, par le centre des archives contemporaines, en partie. Conservant un peu plus de 32 kilomètres linéaires d’archives, majoritairement de statut public, gérées de façon collaborative par une équipe scientifique et une équipe technique, le département s’organise en sept pôles, qui sont en charge des archives de la souveraineté et de la décision politique, au plus haut niveau de l’État, de la Révolution française à la Ve République, des archives des Assemblées et des grands organes de contrôle de l’État de la Révolution à nos jours et des archives de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Les entrées d’archives correspondent au premier chef aux versements préparés par les missions Archives placées auprès de la Présidence de la République et des services du Premier ministre, ainsi que par la mission dite de l’Échelon central, au Service interministériel des Archives de France, qui accompagne les versements des grands organes de contrôle de l’État. Mais elles sont complétées par des dons et des dépôts, que l’on qualifie d’entrées par voie extraordinaire, avec une prospection particulière en direction des archives des hommes politiques, complémentaires des fonds versés par l’Élysée et Matignon, et des archives de la Seconde Guerre mondiale (particuliers, associations et organismes).

Quels sont les enjeux de la numérisation des communiqués de presse du Conseil des ministres ?
Les archives documentant les Conseils des ministres, de la sortie de guerre à nos jours, sont de nature diverse. Ordres du jour, communiqués de presse et dossiers des séances, constitués et versés en double collection par le secrétariat du Conseil des ministres et par les secrétaires généraux du Gouvernement, en constituent les principales typologies. Le premier enjeu de ce projet de numérisation est de faciliter spécifiquement l’accès à l’ensemble documentaire qui, parmi elles, est d’ores et déjà librement communicable au regard des délais prévus par la loi sur les archives de 2008, à savoir les communiqués de presse.
Le projet cherche aussi à répondre à un enjeu d’exhaustivité, en rapprochant, sur le temps long – 1945-1981 – et pour les quelque 1800 Conseils des ministres tenus dans cet intervalle chronologique, les fonds conservés aux Archives nationales, avec une commodité d’affichage pour les internautes.
Enfin, l’inventaire en ligne, qui sera le point d’entrée vers la visualisation des images, enrichi par l’apport de termes d’indexation, fournira pour la période un outil d’orientation encore inexistant, signalant, autour de telle thématique par exemple, chacun des Conseils des ministres concerné en raison des informations livrées à la presse via le communiqué de presse final.
L’exploitation concomitante d’ensembles documentaires primitivement éloignés, la combinaison du travail scientifique d’indexation et d’une structuration concrète des documents, la capacité de créer des liens vers ce gisement en ligne, proposé en open access, depuis des espaces personnels ou collaboratifs de travail entre chercheurs, pour constituer de véritables parcours de lecture, sont évidemment autant de possibilités exclusivement rendues possibles par le recours à la numérisation et à la mise en ligne.

Quel est votre regard sur la numérisation et la dématérialisation par rapport au service rendu au public et à la conservation des fonds ? Et partant, les enjeux et les perspectives d’un tel projet ?
Tout chantier de numérisation et de mise en ligne cumule un certain nombre de défis (technologique, économique, juridique, organisationnel, scientifique) que la plus-value apportée, tant en matière d’accessibilité des fonds, de diffusion et de valorisation que, au plan pragmatique, de préservation des supports originaux, convainc de surmonter.
Les projets en la matière sont souvent initialement conçus dans un contexte scientifique et politique précis ; dans le cas présent, du reste, les contours ont été définis très tôt, en partenariat avec vous-même, et vous-même avec l’équipe scientifique rassemblée autour du projet. Organe établi pour discuter et adopter certains des actes principaux du pouvoir exécutif (dépôt des projets de loi d’initiative gouvernementale, nomination de hauts fonctionnaires et d’officiers militaires…), le Conseil des ministres est aussi la seule réunion formelle de l’ensemble des membres du Gouvernement. Seul un compte rendu très synthétique de ses séances est diffusé auprès du public, mais, on le sait, le caractère du Conseil des ministres, point d’aboutissement d’initiatives et de projets élaborés à l’avance, dépend aussi de la personnalité du président, de la situation politique et de l’évolution de la communication gouvernementale. Aussi, est-ce l’analyse sur le temps long de ces comptes rendus qui fait sens et crée le matériau historique, par l’image renvoyée de l’évolution d’une question et de sa visibilité, plus ou moins importante, dans le champ politique et sociétal. Dans ce contexte, les technologies numériques et l’exposition en ligne sont particulièrement appropriées au brassage d’une documentation sérielle et massive (5000 vues pour ce projet) et son analyse concomitante par un collège d’historiens et d’experts, chacun dans sa discipline et avec les champs d’interrogation qui lui sont propres.
Sur le long terme, il y a aussi, nécessairement, un potentiel de relecture de ce gisement – par d’autres équipes scientifiques, dans d’autres contextes, avec d’autres enjeux et d’autres croisements de sources, en articulation avec d’autres programmes de recherche -, que permettra aussi cette diffusion rendue de facto internationale. On peut maîtriser la sélection du corpus et retenir certains choix technologiques, mais rarement préjuger d’un public et de ses usages…
À propos de corpus, et plus largement, un tel projet, qui veut documenter et illustrer la préparation et l’expression de la décision au plus haut niveau de l’État, entre en résonance, non seulement avec les répertoires numériques, parfois très détaillés, que les Archives nationales mettent en ligne pour décrire les archives de la présidence de la République, des services du Premier ministre, des cabinets et des conseillers ministériels et les fonds personnels d’hommes politiques, offrant tout le contexte nécessaire à l’interprétation et à l’exploitation historiennes de ces communiqués de presse, mais aussi avec d’autres chantiers de numérisation et de mise en ligne ciblés, je pense en particulier aux discours présidentiels. Ces communiqués de presse de la Ve République en ligne seront une brique de cette bibliothèque numérique en formation qui, pour l’institution patrimoniale que sont les Archives nationales, a aussi pour ambition de créer des perspectives de coopération.

 

Vaincu ou vainqueur ? Les réponses de Manuel Valls 22 et 29 mars 2015

Les soirs d’élections, il est d’usage que chaque chef de grand parti affiche sa victoire, avec plus ou moins de modestie… que ce soit une réalité ou non. Les paroles qu’on entend habituellement sur les plateaux de télévision aussi bien que dans la bouche des dirigeants se retrouvent ces deux soirs de résultats pour les élections départementales, les 22 et 29 mars.

Pour le cas de Manuel Valls, le tour de magie est intéressant dès le premier tour. Alors que le PS et ses alliés ont obtenu 19,7% des suffrages exprimés, le FN 25,24% et l’UMP avec l’UDI 27,45%, le discours du Premier ministre minimise fortement les dégâts. Il affiche d’abord sa satisfaction devant le fait que le FN n’est pas arrivé premier et que « les candidats de la majorité ont fait un score honorable ». Il est vrai qu’il est aidé dans ses affirmations par la méthodologie d’affichage du ministère de l’Intérieur, qui laisse difficilement voir le contour de chacun des grands partis. Ce flou lui permet de parler du « total des voix de gauche qui atteint ce soir l’équivalent de celles de la droite »… même si certains partis classés à gauche sont devenus franchement hostiles au gouvernement.

Cette confusion volontaire lui permet de rebondir sur l’avenir, c’est-à-dire sur le dimanche suivant, en affirmant son espoir dans le cas de rassemblement à gauche et de discipline du « front républicain », pour faire barrage au FN. Et il souligne, en le répétant plusieurs fois, l’importance de ce prochain vote « pour notre pays ».

À travers ce discours, on perçoit aisément la stratégie du Premier ministre : c’est son rôle qu’il met en avant. C’est grâce à lui que les résultats du premier tour n’ont pas été si mauvais, c’est encore grâce à lui que ceux du second tour seront meilleurs. C’est une forme de discours d’appel (« j’appelle à une mobilisation puissante, massive »), où le Premier ministre tient la première place : 13 « je » ou « mon », 4 « nous » ou « notre », 4 « les Français », 3 « pays » avec « notre » ou « mon » C’est à sa demande que sera mise en oeuvre la règle du « front républicain » et c’est parce qu’il « aime son pays » et qu’ils « est à l’écoute des Français » qu’il va mener le PS vers la victoire. Il court certes un risque pour le second tour si les résultats sont mauvais, mais il l’assume.

Le 29 mars, ces résultats arrivent peu à peu, donnés par le ministère de l’Intérieur, ils ne sont pas excellents pour Manuel Valls, mais ils auraient pu être pires. Comme il l’admet d’emblée, « la droite républicaine remporte les élections départementales, c’est incontestable » (36,25%). Il se montre beau joueur, il est d’ailleurs difficile de faire autrement. Et s’il reconnaît « un net recul » pour la gauche gouvernementale (25,15%), il souligne tout de même les « bons bilans des exécutifs départementaux », et il déplore « les scores très élevés de l’extrême droite » (22,23%), qu’il n’appelle pas « Front National », sans doute pour souligner la spécificité négative de ce parti. Il se présente ainsi comme un homme politique honnête devant l’adversité, lucide devant les « bouleversements  du paysage politique » et il arrive tout naturellement à une analyse des « attentes, des exigences, de la colère et de la fatigue » des Français.

Cette recherche affichée des explications lui permet de rappeler qu’il se soucie des Français, et en même temps de présenter une vision favorable des réformes en cours, avec un effet d’accumulation : c’est un moyen de dire « Je travaille pour vous ». Les lendemains sont peints comme idylliques, « l’espoir » est répété 3 fois à la fin du discours.

Manuel Valls se présente comme le recours face à tous les dangers qui menacent « notre pays », il utilise 12 fois « je », mais aussi 14 fois « nous » : le « je montre sa volonté et sa détermination, le « nous » rappelle qu’il est à l’écoute des Français et qu’il partage leur sort. « Les Français » sont cités deux fois et « la France » 3 fois, ce qui lui donne une dimension d’homme d’Etat. Quant au président de la République, il est mentionné une fois, comme figure tutélaire lointaine : le Premier ministre s’occupe des Français et les comprend pendant que le chef de l’État fait un discours à Tunis sur la démocratie! Manuel Valls se montre loyal, au moins en apparence.

Les élections départementales constituaient une épreuve pour le Premier Ministre, après les municipales, les sénatoriales et avant les régionales. Il risquait de ne pas y survivre, comme Jean-Marc Ayraut après les municipales l’année dernière. Mais tandis que le président de la République avait choisi de peu s’y investir, Manuel Valls s’était fortement impliqué sur le terrain, en s’opposant au Front National et en plaidant pour le « front républicain ». À travers ses deux discours, malgré des résultats décevants, il montre son courage en assumant ses choix, son énergie, sa compétence et sa proximité avec les Français. S’il a perdu les élections, il a gagné en image, il a au moins tout fait pour la préserver. Et il peint avec habileté son portrait, celui d’un premier ministre présent et futur.

Appel à communication Colloque Défi

Appel à communication

COLLOQUE

FIGURES DES DÉCIDEURS EN RÉGIME MÉDIATIQUE

Représenter la décision politique et économique : un défi communicationnel

 

24-25 septembre 2015

CELSA

77, rue de Villiers

92200 Neuilly-sur-Seine

 

Nouveaux supports, nouveaux acteurs, nouveaux formats : le système médiatique dans ses reconfigurations accélérées semble porteur d’une réinvention des formes prises par l’expression du pouvoir économique ou politique dans la société.

Quels sont les effets de ces évolutions sur les processus de médiatisation des figures traditionnelles de l’autorité et de la décision ? Dans quelle mesure leur légitimité est-elle recomposée, voire remise en question, par ces formes de médiation éclatées ? Si tout un chacun peut devenir acteur médiatique et prendre la parole dans l’espace public[1], il semble désormais particulièrement pertinent de s’interroger sur les modes de production des figures de la décision au cœur de ce nouveau régime médiatique.

De fait, exercer le pouvoir, que l’on soit dirigeant d’entreprise ou acteur du politique, implique des compétences communicationnelles spécifiques, qui doivent évoluer avec les contextes médiatiques. Et cet enjeu concerne au premier chef la publicisation de la décision, dans le domaine politique comme dans le domaine économique.

« Veiller à la rigueur, à la clarté et à l’efficacité du processus de décision. » Tel est le mot d’ordre clairement formulé dans une circulaire du 12 septembre 2014 définissant, sous l’égide des services du Premier ministre, la méthode du travail gouvernemental. C’est que, poursuit le texte, « à l’heure des chaînes d’information continue et des réseaux sociaux, maîtriser le message adressé aux Français demande le plus grand professionnalisme et beaucoup de sang froid »[2]. Gouverner un pays suppose donc désormais de maîtriser les trajectoires médiatiques empruntées par les messages politiques et d’incarner les décisions prises.

D’une façon similaire, quoique dans un écosystème différent, le chef d’entreprise, qui assume la responsabilité de l’entreprise dans toutes ses dimensions stratégiques, financières et managériales, se trouve également enjoint à la communication et à la justification de ses décisions auprès de l’ensemble des parties prenantes et de la société civile. Sollicité lors d’événements souvent fortement médiatisés (rachats, fusions, réorganisations, lancements de nouveaux produits, ouverture de nouveaux marchés), il est le vecteur médiatique de l’entreprise, incarnant sa stratégie et défendant ses positions.

 

Comment l’évolution du système médiatique modifie-t-elle les formes prises par les figures du pouvoir ? L’expansion des réseaux dits sociaux, et plus généralement la « digitalisation » de la société, ont contribué à brouiller la donne : alors que l’accès aux médias se démocratise, alors que l’offre médiatique ne cesse de croître, les frontières séparant vie privée et vie publique tendent à se déplacer, redonnant vigueur à l’exigence de transparence qui anime les régimes démocratiques ; dans le même esprit, répondre à la pression sociale conduit le monde économique à élaborer des règles de « bonne gouvernance ». La figure du décideur se dessine désormais aussi, et peut-être surtout, à l’aune de ses paroles, de ses faits et de ses gestes, posant le socle d’une nouvelle hiérarchie entre décision de faire et décision de dire.

Cela ne va pas sans paradoxe : car, quel que soit l’appareil administratif ou juridique régulant le processus de décision, peut-on vraiment donner à voir le processus de la décision, qu’il soit collégial ou individuel ? Est-il possible d’envisager la représentation d’une figure du décideur en acte, alors que le moment de la décision ne se donne à voir qu’à l’état de traces incertaines, lacunaires, souvent invérifiables ou inscrites dans des formats codifiés ?

Ce colloque propose d’analyser les tensions, crises et permanences qui traversent les figures de la décision et de l’autorité, dans la sphère politique comme dans le monde économique. Tout en prenant en compte les spécificités de chaque sphère (notamment sur les processus de promotion au rang de décideurs, élection ou nomination), il s’agit d’évaluer l’effet exercé par l’éclatement des médiations sur la légitimité des figures des décideurs, figures tenues par un impératif de « transparence » comme par une manifestation raisonnée d’une compétence superlative. Seront ainsi pensés les liens complexes entre les évolutions du système médiatique et la fabrication des figures des décideurs, entre dévoilement, révélation et, parfois, soustraction à la scène publique.

 

Ce colloque vient conclure le programme de recherche DÉFI (« Les décideurs : figures médiatiques de l’autorité ») coordonné par le GRIPIC entre septembre 2014 et septembre 2015 en partenariat avec l’INSEAD et les Archives nationales (département Exécutif et Législatif), dans le cadre des projets Convergence de l’Idex Paris-Sorbonne (septembre 2014-octobre 2015). Les deux journées de colloque seront l’occasion de partager les premiers résultats de cette recherche collective et de réunir des chercheurs issus de différents horizons disciplinaires dont les recherches s’intéressent à ces thématiques.

 

Le colloque s’organisera autour de trois axes principaux :

Axe 1

Renouvellement et permanence des figures de décideurs politiques et économiques

Seront interrogées, dans ce premier axe, les reconfigurations et métamorphoses enregistrées par les figures de décideurs dans les domaines politique et économique. Émergence de nouveaux acteurs médiatiques, professionnalisation de la communication dirigeante, féminisation de fonctions dites d’autorité, nouveaux dispositifs de médiatisation comme la télé-réalité, usage des plateformes offertes par les réseaux sociaux : autant de phénomènes qui entrent en jeu dans la reconfiguration des figures médiatiques du pouvoir. Entre tradition et mutation, on analysera les pratiques de production, de promotion et de recyclage des formes de l’autorité au centre du fonctionnement des organisations politiques et socio-économiques. Au cœur de ce premier axe se trouve donc le projet d’esquisser un inventaire de ces figures en respectant leur diversité et leur singularité (du chef politique au dirigeant du CAC 40 en passant par le patron de PME).

Axe 2

La médiatisation comme légitimation ou délégitimation des figures d’autorité

Les propositions de communication inscrites dans ce deuxième axe se demanderont dans quelle mesure la médiatisation participe à la fabrication des figures de décideurs. La multiplication des supports médiatiques, l’évolution des formats éditoriaux et le développement des médias informatisés sont-ils synonymes de nouveaux modes de légitimation ? Dans quelle mesure participent-ils d’une permanente mise en jeu, et parfois remise en cause, de la légitimité des figures d’autorité ? Seront particulièrement appréciées les propositions questionnant les liens qui unissent les figures de décideurs, les dispositifs médiatiques (qu’il s’agisse de dispositifs très ritualisés comme la conférence de presse, l’interview ou la remise de prix, ou d’espaces éditorialisés de représentation de soi à l’instar des plateformes numériques) et les acteurs de légitimation, qu’ils soient « nouveaux » (les spécialistes de l’e-réputation par exemple) ou plus traditionnels (les journalistes notamment).

Axe 3

Publicisation, occultation, (in)visibilité des processus de décision

En déplaçant le questionnement de la figure du décideur vers le processus de décision, ce troisième axe entend analyser les formes d’inscription des figures de l’autorité dans les supports assurant la mise en visibilité de leur action. Si la décision politique et économique s’énonce, s’annonce, s’explique éventuellement, qu’en est-il du processus, complexe, difficile, parfois impossible à reconstituer et souvent considéré comme « occulte », dont elle est issue ? On pense par exemple au conseil des ministres, réunion hebdomadaire et ritualisée de l’exécutif, qui ne laisse filtrer de ses délibérations que ce qui est consigné dans le rituel communiqué de presse, simple enregistrement des « décisions » (ou « non-décisions ») prises en amont. Il en est de même pour les conseils d’administration ou les comités de direction, dont la publicisation plus ou moins confidentielle laisse planer des imaginaires nombreux sur les processus de décision.

 

Modalités de soumission 

Adresser à defi.colloque@gmail.com un résumé de 500 mots (ou 3000 signes espaces compris) avec indication de l’axe dans lequel la communication propose de s’inscrire.

Calendrier

  • soumission (résumé) de la proposition pour le 29 mai 2015
  • réponse du comité scientifique autour du 22 juin 2015

Comité scientifique

Nicole d’Almeida (GRIPIC)

Isabelle Chave (Archives nationales)

David Dubois (INSEAD)

Valérie Jeanne-Perrier (GRIPIC)

Caroline Ollivier-Yaniv (CEDITEC)

Klaus Wertenbroch (INSEAD)

Adeline Wrona (GRIPIC)

Comité d’organisation

Charles Sarraute (GRIPIC)

Émeline Seignobos (GRIPIC)

 

[1] Rappelons notamment le titre évocateur de l’ouvrage à succès publié en 2004 par le journaliste Dan Gillmor, « Nous sommes tous des médias » (We the media).

[2] Circulaire n°5735 définissant la Méthode de travail du gouvernement, disponible sur le site du gouvernement (http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/09/cir_38729.pdf), 12 septembre 2014.

Les conférences de presse de François Hollande : présentation d’Hervé Demailly

Le 6 janvier 2015, Hervé Demailly a présenté le corpus sur lequel il travaille. Il est constitué des 4 conférences de presse tenues par le Président de la République depuis sa prise de fonction (13 novembre 2012, 16 mai 2013, 14 janvier 2014 et 18 septembre 2014).

L’exercice de la conférence de presse répond à une scénographie reposant sur 4 étapes (Roselyne Ringoot, Analyser le discours de presse, 2014, p. 170-174). La première de ces étape est l’invitation qui donne à l’invitant le pouvoir d’accréditation. Puis la parole est  attribuée à l’initiateur pour un discours de cadrage ou de politique générale. Le troisième temps est celui des questions qui peut laisser imaginer une maîtrise moindre de la communication pour l’invitant. Enfin dernière étape, celle de l’après-conférence, dans le cadre d’un cocktail par exemple, qui peut être l’occasion d’échanges moins formels et plus informatifs.

Le corpus est constitué des 4 retransmissions diffusées sur des chaînes de télévision et retrouvées sur You Tube. Ces retransmissions peuvent inclure un avant et un après conférences de presse, généralement composé d’un plateau d’experts et de journalistes en studio. Cette partie, extérieure au dispositif de la conférence de presse, n’est pas étudiée dans cette phase d’analyse.

Le corpus a d’abord été analysé en deux temps : celui de la prise de parole du président  puis celui de l’interaction avec les journalistes.

Les thèmes abordés dans le discours présidentiel ont été relevés et avec eux une première approche des marqueurs linguistiques de l’autorité au travers de l’annonce de prise de décision.

Pour ce qui est de la dimension du questionnement journalistique, un décompte des questions posées a été fait. La nature des questions, l’origine de la question (nom du journaliste et média) est en cours. Cela laisse déjà apparaître des constantes dans la mise en scène de cet exercice de pouvoir et met en avant des singularités propres à l’exercice qu’il faudra peut-être croiser avec des situations d’interview plus classiques.

Enfin, le cadre de la mise en image, tel qu’il est diffusé par les chaînes de télévision, devra aussi être questionné. Cette captation de la conférence de presse est réalisée par un prestataire choisi par le service de communication de l’Élysée. Il doit répondre à des règles de cadrage et de réalisation précises qui mériteront sans doute une analyse.

L’interview politique en comparaison franco-allemande : un bref exposé du corpus

Le 6 janvier 2015, Lisa Bolz et Juliette Charbonneaux ont présenté à l’équipe Défipol leur corpus destiné à saisir le fonctionnement de l’interview politique en comparaison, entre France et Allemagne. Ce corpus comporte trois volets distincts :

–       une série d’interviews publiées au cours de l’année 2014 dans des titres de presse allemands et français (des quotidiens nationaux ou suprarégionaux, régionaux ; des  hebdomadaires) et réalisées avec différentes personnalités politiques (membres du gouvernement et élus locaux, issus des principaux partis dits « de gouvernement »)

–       des entretiens avec des journalistes allemands et français, spécialistes des questions politiques et membres des titres dont sont issues les interviews analysées (en poste en Allemagne ou correspondant en France et inversement).

–       des extraits de manuels destinés à l’enseignement de l’interview comme genre journalistique.

Il s’agira, par l’analyse de ce corpus triadique et franco-allemand de saisir les éventuels invariants de l’exercice de l’interview, de comprendre quels imaginaires sont à l’œuvre dans cet échange particulier et comment ils peuvent être transmis. L’objectif étant, par la comparaison, d’éprouver la pertinence des discours qui diffusent l’idée d’une différence radicale entre les journalismes politiques allemand et français.

Un corpus Tweets sur la décision et l’action politique gouvernementales : présentation de Valérie Jeanne-Perrier

Le 20 janvier 2015, Valérie Jeanne-Perrier a présenté le socle initial du corpus Tweets du gouvernement collectés le 20 octobre 2014. Il s’agit là d’une première séquence d’observation flottante en lien avec le conseil des ministres. Deux hypothèses ont été mises au jour. D’abord, la totale déconnexion des espaces entre celui de la décision « réelle », préparée et actée intitutionnellement et celui de l’activité des membres du gouvernement dans cette activité, mise en scène sur leur compte Twitter. En cela, est préservé le secret qui entoure les « délibérations » et « débats » (et les guillemets ont ici toute leur importance) du conseil des ministres. Deux espaces étanches, certes, mais des échos lointains : le politique se présente en posture d’activité décisionnaire, mais le processus n’est pas explicité. Deuxième hypothèse : à travers ces comptes individuels, la décision « apparaît », voire « filtre » comme une polyphonie, résultante des activités autonomes de chacun des membres du gouvernement. Moins qu’une figure en soi, elle apparaît en creux dans la succession des activités de chacun.

L’interview présidentielle : présentation de Thierry Devars

Le 15 décembre 2014, Thierry Devars a présenté aux chercheurs du groupe Defi[pol] son corpus composé de 3 interviews télévisées présidentielles (2012-2014) : le 29 mai 2014 sur France 2 dans le JT de Daniel Pujadas (France 2), le 9 septembre 2012 dans le JT de Claire Chazal (TF1) et le 6 mai 2014 dans l’émissions e Jean-Jacques Bourdin (BFM TV). À travers cette présentation,Thierry Devars a livré des éléments d’analyse sur la contextualisation de ces « événements », ainsi qu’une réflexion sur les lieux médiatiques du pouvoir que constituent le JT de 20 h et désormais les chaînes d’information en continu. Il a également pensé le « spectacle de l’écran » et la scénographie du plateau ou comment chaque dispositif télévisuel donne à lire une forme d’autorité partagée entre politique et journaliste. Enfin, grâce à la retranscription de chaque interview (que l’on peut consulter sur le site de l’Élysée, ce qui constitue un geste fort de patrimonialisation et en dit long sur le rapport de l’État à sa propre autorité), Thierry Devars a mis au jour la « discipline énonciative de l’interview présidentielle ».

Calendrier

Défi[dir] 
10 décembre à 15h : Réunion préliminaire
En fonction de vos disponibilités, cette première réunion nous permettra d’échanger sur les intentions et attentes de chacun pour ce programme de recherche. Une présentation des différents outils disponibles et une revue des terrains envisagés sont aussi prévues.
10 décembre à 18h : Conférence d’Olivier Fournout
Nous sommes heureux de recevoir Olivier Fournout pour une conférence-projection dans le Grand Amphi. Olivier Fournout est chercheur à l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (I3) et Maître de Conférence au sein du département Sciences Économiques et Sociales de Télécom-Paristech. Ses travaux portent sur les relations humaines, le management, selon une approche pluridisciplinaire, avec une attention particulière pour le détour par le cinéma et le théâtre. Son ouvrage Héros. Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma est paru en avril 2014 aux Presses des Mines.
15 janvier à 10h : Séminaire Défidir 
Pour la première édition de notre séminaire mensuel, nous recevrons Véronique Richard & Etienne Candel qui nous présenteront leurs travaux en prolongement de leur étude menée avec Jean-Pierre Beaudouin au Celsa sur l’image du dirigeant de grande entreprise dans les médias.
Défi[pol]
séminaire hebdomadaire
15 décembre : présentation corpus interview présidentielle par Thierry Devars (salle 111, 12 h 30-14h)
6 janvier,  12 h 30 : présentation corpus conférence de presse de François Hollande par Hervé Demailly, présentation du corpus presse franco-allemand par Juliette Charbonneaux et Lisa Bolz
20 janvier, 12 h 30 : présentation du socle initial du corpus Tweets du gouvernement (20 octobre 2014), disparition et/ou rémanence des figures de la décision sur les réseaux sociaux par Valérie Jeanne-Perrier
prochaines séances
3 février, 12 h 30 : présentation « Le geste de numérisation. Enjeux et perspectives de recherche » (autour de la numérisation des communiqués de presse du conseil des ministres depuis 1945 aux Archives nationales) par Camille Rondot et Émeline Seignobos
4 février, 15h30 : réunion de préparation du colloque de restitution
séminaire avec invités 
21 janvier 10h-12h30 invités Pierre Leroux et Philippe Riutort (La politique sur un plateau. Ce que la télévision fait à la représentation, Puf. Liens socio : http://lectures.revues.org/13745) et Aurélien Le Foulgoc (Politique et télévision. Extension du domaine politique, 2010)

Le discours de vœux de François Hollande du 31 décembre 2014 : un message de confiance et d’espérance ?

Ce discours de vœux du 31 décembre 2014, le troisième de François Hollande président de la République, constitue un défi : il faut corriger son image au moment où il est encore très bas dans les sondages, il faut faire passer des messages, clairs ou cryptés, vers diverses cibles, il faut redonner confiance aux Français.

Le président voulait innover et la mise en scène a bien été remarquée : il parle depuis son bureau de l’Elysée (la pièce), assis derrière son bureau (le meuble), dont le dessus est vide. C’était une image pensée, il voulait donner une impression de sérieux et apparaître comme un homme qui travaille. Mais le but ne fut pas atteint, et de nombreux commentateurs ont ironisé sur ce vide devenu symbolique.

Remarquons ensuite que François Hollande prononce un long discours de 1411 mots  en un temps limité, de sept à huit minutes : son débit est donc rapide, 176 mots à la minute, pour dire un texte complexe. De plus son visage est pâle, ses lunettes un peu trop sombres, ce qui contraste avec sa volonté affichée d’optimisme.

Par ailleurs, au lieu du plan traditionnel Vœux, bilan, perspectives, vœux, il se produit un enchevêtrement des thèmes : les vœux attendus au début font défaut et, après une apologie de la France introduite par trois anaphores (« La France, c’est une grand pays », « La France, c’est une diplomatie active », « La France, elle est reconnue par ses innovations, sa culture, le talent de ses entrepreneurs », on passe à un bilan mêlé à l’avenir, et à des perspectives mêlées au bilan, pour terminer par des vœux rapides.

Malgré cet enchaînement peu facile à suivre, le message est volontariste, optimiste, appuyé sur la confiance.

La « confiance » brille dès le début : « c’est un message de confiance ». Elle réapparaît dans le cours du discours et revient quatre fois dans le dernier paragraphe. Elle est donc mentionnée six fois dans le discours, c’est un leitmotiv.  Cette confiance n’est pas seule : elle se conjugue avec l’ « espérance » et le président croit à ce mot plus fort que l’espoir.

Il se montre volontariste et optimiste et, message important, il restera jusqu’à la fin de son mandat. « J’ai tenu bon et suivi fermement le cap que j’avais fixé. Ce combat, je le mènerai jusqu’au bout. » Ces métaphores de la navigation et de la guerre apportent une réponse à ceux qui prédisent son départ anticipé. Et son optimisme s’oppose au « dénigrement et au découragement » ambiants.

Un grand nombre de « je » et de verbes de volonté, l’évocation de son « devoir », soulignent son implication.  Mais c’est aussi l’occasion de donner des gages à sa gauche avec le rappel de la suppression de la première tranche d’impôts, et aux écologistes avec la conférence sur le climat. C’est aussi l’occasion de laisser la responsabilité du chômage aux entreprises : « à elles d’embaucher et d’investir ». Au milieu des nombreux thèmes évoqués, la seule annonce, c’est le développement du service civique. Mais il est vrai que les discours de vœux présidentiels aux Français comportent rarement des annonces.

Une mise en scène pensée, une rhétorique étudiée, une utilisation assez classique des thèmes traditionnels… et pourtant, les bénéfices tirés de l’exercice sont minces : une audience relativement faible pour ce type de circonstance, moins de dix millions de téléspectateurs, pour l’ensemble des chaînes, et peu de retombées dans les médias. Comment comprendre ce décalage entre un discours élaboré et un accueil décevant ? L’explication tient sans doute à la faible crédibilité du chef de l’État à cette période : quoi qu’il dise, au mieux, on ne retient pas, au pire, on ne le croit pas.

La situation va s’inverser une semaine plus tard, quand il apparaîtra comme un garant de la sécurité, des valeurs de la France  et de l’unité nationale dans des circonstances dramatiques.

Françoise Boursin

Manuel Valls parle… pour quoi dire ou pour quoi faire ?

250 jours à Matignon : Manuel Valls est l’invité de Laurent Delahousse  au journal de 20 heures de France 2 dimanche 7 décembre 2014.

Pour faire passer quels messages ? D’abord, mettre fin aux rumeurs qui annoncent son prochain départ : il restera tant qu’il aura le soutien du Président de la République, il n’est pas « un déserteur ». Ensuite, démentir le bruit de ses mauvaises relations avec François Hollande : ils décident et travaillent ensemble, dans « la confiance ». Il n’est pas « le collaborateur » qui « exécute ». Enfin donner un sérieux coup de barre à gauche : succès du pacte de responsabilité,  méfiance face à l’entreprise, enthousiasme mesuré devant les 12 dimanches travaillés, maintien des 35 heures…

Pour quelle stratégie ? Devant la légère remontée du baromètre de confiance qui l’a fait passer de 30 à 34% en décembre, après un sérieux affaissement depuis son entrée en fonction (baromètre TNS SOFRES-SOPRA décembre Figaro Magazine 5 décembre 2014), le Premier ministre souhaite se réconcilier avec sa gauche.

Mais le succès est limité. 35 minutes d’interview pour de faibles retombées dans la presse : une brève dans Le Monde, rien dans Libération, deux pages très critiques dans Le Figaro et une page pas très élogieuse dans Le Parisien. Comment comprendre ce relatif échec ? On peut trouver une explication dans le contraste entre, d’une part, une attitude toujours très ferme, un visage déterminé, un menton opiniâtre, une expression empreinte d’autorité et de franchise, et d’autre part, un langage qui manque de crédibilité : une volte-face sur les relations avec l’entreprise, une vision idyllique de sa collaboration avec François Hollande, des positions sur le temps de travail et l’ouverture des magasins certains dimanches en contradiction avec sa vision antérieure.

Ce grand écart fait penser que le Premier ministre pratique la langue de bois. Même s’il parle bien techniquement, sa sincérité est mise en doute. Il est soupçonné de dire sans faire, ou de dire pour faire croire, au risque de passer pour un caméléon !

Professeur Françoise Boursin

L’autorité d’un jugement merkelien

Lundi, Ouest France titrait « Merkel invite Paris à réformer davantage » avant d’estimer que ses propos « ravivent les tensions franco-allemandes ». Mardi, Libération revenait dans un billet sur un tweet de Jean-Luc Mélenchon invitant la chancelière à « la fermer » et à « s’occuper de ses pauvres et de ses équipements en ruines » et Bernard Guetta lui consacrait sa chronique dans la matinale de France Inter. « Angela Merkel remet la pression sur Paris », pouvait-on lire dans le cahier économique du Monde du 9 décembre, tandis que sa déclaration se voyait résumée par l’adjectif « insuffisant » en appel à la Une. Mercredi, Le Monde ajoutait une pierre à l’édifice en consacrant sa page 2 à « l’hyperchancelière et ses limites ». Lire la suite

Regards croisés sur les journaux télévisés de 20 h de France 2 et de TF1 du dimanche 30 novembre 2014

France 2

Le journal télévisé de 20h sur France 2, le dimanche 30 novembre 2014.

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-dimanche-30-novembre-2014_752591.html

L’actu politique de cette fin de semaine est marquée par l’élection de Sarkozy à la tête de l’UMP samedi en fin de journée, avec 64% des votes et celle de Marine Le Pen à la tête du FN avec 100% des votes.

Ce dimanche soir, Nicolas Sarkozy était invité en direct sur TF1 et France 2 interviewait Marine Le Pen en duplex depuis Lyon.

La séquence politique du JT de France 2 débute après 14 minutes consacrées aux inondations. Deux sujets sont centrés sur l’élection de Sarkozy, un factuel sur l’élection en elle-même et un autre d’analyse sur les enjeux à venir pour l’UMP. Ils sont suivis d’une chronique, très lue, de Nathalie Saint Cricq en plateau et en direct qui analyse les forces en présence et les principaux enjeux électifs pour les trois prochaines années. Le tout dure environ 5 minutes.

La séquence politique se poursuit par une interview de Marine Le Pen en duplex depuis Lyon. Cette interview est lancée par un commentaire du présentateur sur des images de tribune FN dans le cadre de l’élection de Marine Le Pen.

Le cadre technique de l’interview (duplex) ne permet pas d’interaction entre le journaliste et l’interviewée, car ils ne sont pas en présence physique l’un de l’autre. Cela donne donc une approche différente de l’interview classique dans le cadre d’un journal télévisé, comme on a pu le voir sur TF1 presque au même moment. Ici le journaliste a une série de questions à poser et il laisse la parole à l’interviewée pour développer sa réponse, sans l’interrompre, sans rebondir sur ses réponses. On est presque dans une configuration de conférence de presse. Cela se voit d’ailleurs dans les cadrages proposés par le réalisateur, où le journaliste ne semble pas très attentif au discours de l’interviewée. Les 5 questions posées en 5 minutes 30 montrent bien cette particularité de l’interview à distance.

Autre sujet observé dans ce JT, la colère des partons, qui est montrée par un double portrait au sein d’un même sujet visant à souligner des difficultés administratives des patrons de petites et moyennes entreprises .

TF1

Dimanche soir (30 novembre) Nicolas Sarkozy était interviewé en direct par Claire Chazal.

http://videos.tf1.fr/jt-we/2014/le-20-heures-du-30-novembre-2014-8525222.html

Le journal de TF1 commence, comme celui de France 2, par une longue séquence sur les intempéries dans le sud de la France, environ 13,5 minutes, avant de traiter de l’élection de Marine Le Pen. Commentaire factuel de la présentatrice du journal sur les images du meeting de Marine Le Pen suivi, dans le même reportage, de deux extraits du discours prononcé par Marine Le Pen sur le certitude de trouver le FN au 2e tour des prochaines présidentielles. Tout cela est traité en 55 secondes.

Vient ensuite l’interview, en plateau, de Nicolas Sarkozy par Claire Chazal agrémentée d’un reportage de 2 minutes sur les élections au sein de l’UMP. Discours factuel du journaliste qui revient dans ce sujet sur l’élection et sur l’annonce faite du rassemblement voulu au sein de l’UMP.

L’interview dure environ 10 minutes. Elle se déroule de manière classique ici, en face à face, qui permet des interactions entre les deux protagonistes. Et ces interactions sont nombreuses : sur les 9,5 minutes de l’interview, une quinzaine de questions sont posées, 4 ou 5 pouvant être considérées comme  principales et les autres sont des questions de demande de précision, ou en réaction aux propos. Parfois ces questions ne sont pas posées dans leur intégralité, car du côté du politique on est aussi dans le réactif !

On note aussi dans cette configuration une interpellation plus personnelle de la journaliste par Nicolas Sarkozy : « vous avez une drôle conception de la morosité Madame »,  « mettez-vous bien cela dans la tête » ou encore « depuis le temps que je vous connais ».

La qualité de l’interview est remise en cause dans un blog publié par l’Obs.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1283235-video-nicolas-sarkozy-sur-tf1-comment-il-a-encore-ridiculise-claire-chazal.html

Article publié sur le blog de Olivier Picard, chroniqueur politique, qui souligne les faiblesses journalistiques de Claire Chazal face à Nicolas Sarkozy lors de l’interview de dimanche soir.

Concernant le mouvement des patrons, le JT de TF1 lui consacre un reportage d’1, 5 minute sur des entrepreneurs du bâtiment confrontés aux difficultés liées à la concurrence étrangère et à la complexité administrative.

Plus largement à propos du mouvement patronal, voici quelques liens :

http://www.francesoir.fr/societe-economie/grogne-des-patrons-58-des-francais-favorables-au-mouvement

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/les-petits-patrons-dans-la-rue-995444

http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203922252651-les-patrons-vont-descendre-dans-la-rue-annonce-le-medef-1062090.php

Le 20 h de TF1 du 3 décembre consacre 4 sujets aux questions liées au patronat : compte de pénibilité, pacte de responsabilité (2 sujets) et un sujet sur le malaise du patronat.

http://videos.tf1.fr/jt-20h/2014/le-20-heures-du-3-decembre-2014-8526093.html

Le 2 décembre soir, le JT de France 2 consacre une séquence sur les tensions entre le patronat et le gouvernement.

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mardi-2-decembre-2014_754385.html

Le JT de 20 h de France 2 du 3 décembre consacre deux sujets au compte pénibilité, considéré par la rédaction comme un casse-tête pour les patrons.

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mercredi-3-decembre-2014_755317.html

Hervé Demailly

Analyse politique de l’actualité de la semaine du 1er décembre 2014

L’actualité politique de la semaine du 1er décembre 2014 a été marquée par les résultats des élections internes de l’UMP et du Front National dans un contexte de tension entre le gouvernement de Manuel Valls et les représentants du patronat.

Échéance attendue de longue date depuis le départ de Jean-François Copé et la mise en place d’un triumvirat à la tête du principal parti d’opposition, l’élection de Nicolas Sarkozy le samedi 29 novembre 2014 avec près de 64 % des suffrages a occupé le devant de la scène médiatique. L’attention des journalistes s’est concentrée en particulier sur le jeu et les enjeux tactiques de ce scrutin. En filigrane, c’est la perspective de l’échéance présidentielle de 2017 qui tend à dramatiser la couverture médiatique de l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP. La légitimité de ce retour aux responsabilités politiques de l’ancien Président est ainsi tempérée par la faiblesse relative de son score face à Bruno Lemaire et Hervé Mariton, et par l’indocilité à peine dissimulée de ses principaux rivaux à droite, François Fillon et Alain Juppé. Rétifs, pour ne pas dire réfractaires à la proposition de Nicolas Sarkozy de créer un « Comité des sages », les deux anciens Premiers Ministres favorisent, par leurs réserves, la mise en place d’un récit médiatique placé sous le signe du combat fratricide. Si l’intervention de Nicolas Sarkozy au Journal Télévisé de Claire Chazal sur TF1, le dimanche 30 novembre 2014, le lendemain de son élection, tend à officialiser sa victoire et à la constituer en événement politique majeur, elle n’en élide pas moins l’adversité à laquelle l’ancien Président doit faire face, tant à l’intérieur de sa formation qu’à l’échelle plus large du champ politique national.

Ainsi, le week-end des 29 et 30 novembre 2014 a également été marqué par l’élection de Marine Le Pen à la tête du Front National avec 100 pour 100 des suffrages exprimés. Cette victoire sans conteste serait presque passée inaperçue si la Présidente du parti frontiste, renouvelée dans ses fonctions, n’était pas intervenue, en duplex depuis Lyon, le soir même de l’interview de Nicolas Sarkozy, au Journal Télévisé de France 2. Cette présence médiatique très discrète de Marine Le Pen constitue en quelque sorte le contrejour tactique et idéologique de l’élection de Nicolas Sarkozy. D’une part, elle rappelle au nouveau président de l’UMP l’enjeu électoral du vote frontiste : il n’est pas anodin que son discours sur le plateau de Claire Chazal soit maculé de critiques à l’encontre de Marine Le Pen et de sa formation ; d’autre part, elle impose au parti d’opposition et à son chef de file la perspective stratégique d’un positionnement idéologique sans équivoque. Reviennent en mémoire la droitisation du discours de Nicolas Sarkozy pendant la campagne de 2012 – dont on rappellera qu’elle s’est soldée par un échec – et, plus récemment, la prise de position controversée du candidat en faveur d’une abrogation de la loi Taubira.

Si les journaux télévisés, et plus généralement la presse, donnent à lire cette semaine d’actualité politique sous le signe du combat et des tactiques politiciennes, ils n’en révèlent pas moins, en filigrane, un spectre latent d’enjeux programmatiques et idéologiques. Une perspective que l’on retrouve par ailleurs dans la couverture médiatique du conflit entre le gouvernement et les représentants du patronat, qui constitue le second thème privilégié de l’agenda médiatique cette semaine. En manifestant publiquement leur déception à l’encontre de la politique menée par Manuel Valls (complexité administrative, augmentation des charges, compte pénibilité), le « patronat » – dénomination pour le moins équivoque mais indifféremment reprise dans les médias – tend à réactiver la force mobilisatrice d’une formule médiatique consacrée, celle du « ras l’bol », qui avait concentré un feu hétérogène de critiques contre la politique fiscale de Jean-Marc Ayrault. Représenté sur les écrans et dans la presse, le mécontentement des « patrons » interrompt la construction d’une relation placée sous le signe de l’apaisement et du discours amoureux – relation dont rendent compte les éléments de langage disséminés dans la communication de Manuel Valls et que les médias ont amplement relayée (la « déclaration d’amour »). Ce regain de tension entre représentants du patronat et gouvernement interroge les fondements même de l’autorité et de la décision politiques, lorsqu’elles sont incarnées par la gauche parlementaire au pouvoir (Mouvement de l’école libre en 1984, contestation de la réforme des 35 heures en 1998 et 2000, PACS en 1999, Mariage pour tous en 2013…).

Voguer sur un « corpus » d’archives : premiers retours sur une lecture flottante

À l’occasion de la numérisation des communiqués de presse du Conseil des ministres depuis 1945 par notre partenaire, les Archives nationales, Défi se penche sur ces papiers, plus ou moins jaunis, refroidis par le temps, témoins d’une actualité qui fut jadis brûlante, témoins aussi d’un pouvoir exécutif qui se raconte, se justifie parfois, devant la presse et l’opinion. Comment alors aborder cette masse, qui traverse 70 années, deux constitutions et nombre d’événements placés en bonne place dans les livres d’histoire ? Quel regard poser sur ce que l’on appellera, non sans quelques doutes, « corpus ». Un « corpus » (ou un « texte » ?) qui se muera, une fois passé à la numérisation et à la mise en ligne, en outil d’aide à la recherche essentiellement et évidemment historique. Pour prendre la mesure de la tâche et appréhender ces figures d’autorité, ces « décideurs » au sein d’un régime médiatique passé ou en construction, la fameuse lecture dite « flottante » s’est imposée et s’est appliquée au carton (ou Cauchard) coté F60 2772 (mars 1945-mars 1960).

Les premières impressions sont celles qui traversent, du moins l’imaginons-nous, tout chercheur abordant les archives et leur matérialité aussi inconstante que singulière. Un sentiment diffus de toucher du doigt l’authentique, l’unicum, le secret de l’État. Et pourtant nul secret dans ce corpus : les communiqués de presse sont par nature publics. Le Cauchard accueille donc trois « articles », pochettes contenant elles-mêmes des papiers aux textures variées, aux typographies différentes, aux mentions manuscrites ponctuelles, aux encres diverses. S’ensuit une curieuse et peut-être inédite lecture continue des communiqués de presse depuis le gouvernement provisoire de la République jusqu’aux premières heures de la Ve République, en passant par la bien instable IVe République, ses deux présidents de la République et ses innombrables présidents du Conseil. Se lisent en filigrane, à l’œuvre et à l’épreuve des faits, les constitutions, les fonctions et portefeuilles. Puis ces pages prennent vie, comme peuplées de personnages historiques ou en passe de le devenir, qu’on lit dans l’exercice de leur (première) fonction ou de leur apothéose politique. Mitterrand, Mendès-France, De Gaulle bien sûr… côtoient des hommes devenus presque anonymes (en tout cas pour le non-spécialiste, tout juste armé de sa culture générale), des silhouettes fugaces, dont on ne retiendra qu’une communication sur une éphémère et désuète taxe, des noms qui s’effaceront sans crier gare. Enfin, et peut-être surtout, cette lecture flottante est traversée par un sentiment curieux : celui d’une écriture presque tragique de l’histoire. Le lecteur de 2014, dans son exploration linéaire d’un corpus qui n’était pas destiné à l’être, connaît la hiérarchie des événements, sait ce qui marquera les mémoires et fera date. L’issue et les conséquences des communications, des projets de lois, et même des « mesures personnelles » lui sont connues. Quoi de plus ironique que de voir le Conseil se féliciter d’une situation apaisée en Algérie française à la fin de la IVe République ? Dans cet exercice chroniqué d’une politique en œuvre, le quotidien devenu insignifiant au regard de la postérité fréquente, sans trace de hiérarchie, sans mesure, tous sujets confondus, l’histoire, la grande histoire dont résonnent encore les noms et les dates : Dien Bien Phu sur le même plan que le prix d’une taxe sur le blé en somme. Le souffle glacé des archives vient soudainement de se réchauffer.

Émeline Seignobos