Analyse politique de l’actualité de la semaine du 1er décembre 2014

L’actualité politique de la semaine du 1er décembre 2014 a été marquée par les résultats des élections internes de l’UMP et du Front National dans un contexte de tension entre le gouvernement de Manuel Valls et les représentants du patronat.

Échéance attendue de longue date depuis le départ de Jean-François Copé et la mise en place d’un triumvirat à la tête du principal parti d’opposition, l’élection de Nicolas Sarkozy le samedi 29 novembre 2014 avec près de 64 % des suffrages a occupé le devant de la scène médiatique. L’attention des journalistes s’est concentrée en particulier sur le jeu et les enjeux tactiques de ce scrutin. En filigrane, c’est la perspective de l’échéance présidentielle de 2017 qui tend à dramatiser la couverture médiatique de l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP. La légitimité de ce retour aux responsabilités politiques de l’ancien Président est ainsi tempérée par la faiblesse relative de son score face à Bruno Lemaire et Hervé Mariton, et par l’indocilité à peine dissimulée de ses principaux rivaux à droite, François Fillon et Alain Juppé. Rétifs, pour ne pas dire réfractaires à la proposition de Nicolas Sarkozy de créer un « Comité des sages », les deux anciens Premiers Ministres favorisent, par leurs réserves, la mise en place d’un récit médiatique placé sous le signe du combat fratricide. Si l’intervention de Nicolas Sarkozy au Journal Télévisé de Claire Chazal sur TF1, le dimanche 30 novembre 2014, le lendemain de son élection, tend à officialiser sa victoire et à la constituer en événement politique majeur, elle n’en élide pas moins l’adversité à laquelle l’ancien Président doit faire face, tant à l’intérieur de sa formation qu’à l’échelle plus large du champ politique national.

Ainsi, le week-end des 29 et 30 novembre 2014 a également été marqué par l’élection de Marine Le Pen à la tête du Front National avec 100 pour 100 des suffrages exprimés. Cette victoire sans conteste serait presque passée inaperçue si la Présidente du parti frontiste, renouvelée dans ses fonctions, n’était pas intervenue, en duplex depuis Lyon, le soir même de l’interview de Nicolas Sarkozy, au Journal Télévisé de France 2. Cette présence médiatique très discrète de Marine Le Pen constitue en quelque sorte le contrejour tactique et idéologique de l’élection de Nicolas Sarkozy. D’une part, elle rappelle au nouveau président de l’UMP l’enjeu électoral du vote frontiste : il n’est pas anodin que son discours sur le plateau de Claire Chazal soit maculé de critiques à l’encontre de Marine Le Pen et de sa formation ; d’autre part, elle impose au parti d’opposition et à son chef de file la perspective stratégique d’un positionnement idéologique sans équivoque. Reviennent en mémoire la droitisation du discours de Nicolas Sarkozy pendant la campagne de 2012 – dont on rappellera qu’elle s’est soldée par un échec – et, plus récemment, la prise de position controversée du candidat en faveur d’une abrogation de la loi Taubira.

Si les journaux télévisés, et plus généralement la presse, donnent à lire cette semaine d’actualité politique sous le signe du combat et des tactiques politiciennes, ils n’en révèlent pas moins, en filigrane, un spectre latent d’enjeux programmatiques et idéologiques. Une perspective que l’on retrouve par ailleurs dans la couverture médiatique du conflit entre le gouvernement et les représentants du patronat, qui constitue le second thème privilégié de l’agenda médiatique cette semaine. En manifestant publiquement leur déception à l’encontre de la politique menée par Manuel Valls (complexité administrative, augmentation des charges, compte pénibilité), le « patronat » – dénomination pour le moins équivoque mais indifféremment reprise dans les médias – tend à réactiver la force mobilisatrice d’une formule médiatique consacrée, celle du « ras l’bol », qui avait concentré un feu hétérogène de critiques contre la politique fiscale de Jean-Marc Ayrault. Représenté sur les écrans et dans la presse, le mécontentement des « patrons » interrompt la construction d’une relation placée sous le signe de l’apaisement et du discours amoureux – relation dont rendent compte les éléments de langage disséminés dans la communication de Manuel Valls et que les médias ont amplement relayée (la « déclaration d’amour »). Ce regain de tension entre représentants du patronat et gouvernement interroge les fondements même de l’autorité et de la décision politiques, lorsqu’elles sont incarnées par la gauche parlementaire au pouvoir (Mouvement de l’école libre en 1984, contestation de la réforme des 35 heures en 1998 et 2000, PACS en 1999, Mariage pour tous en 2013…).