L’interview politique en comparaison franco-allemande : un bref exposé du corpus

Le 6 janvier 2015, Lisa Bolz et Juliette Charbonneaux ont présenté à l’équipe Défipol leur corpus destiné à saisir le fonctionnement de l’interview politique en comparaison, entre France et Allemagne. Ce corpus comporte trois volets distincts :

–       une série d’interviews publiées au cours de l’année 2014 dans des titres de presse allemands et français (des quotidiens nationaux ou suprarégionaux, régionaux ; des  hebdomadaires) et réalisées avec différentes personnalités politiques (membres du gouvernement et élus locaux, issus des principaux partis dits « de gouvernement »)

–       des entretiens avec des journalistes allemands et français, spécialistes des questions politiques et membres des titres dont sont issues les interviews analysées (en poste en Allemagne ou correspondant en France et inversement).

–       des extraits de manuels destinés à l’enseignement de l’interview comme genre journalistique.

Il s’agira, par l’analyse de ce corpus triadique et franco-allemand de saisir les éventuels invariants de l’exercice de l’interview, de comprendre quels imaginaires sont à l’œuvre dans cet échange particulier et comment ils peuvent être transmis. L’objectif étant, par la comparaison, d’éprouver la pertinence des discours qui diffusent l’idée d’une différence radicale entre les journalismes politiques allemand et français.

Un corpus Tweets sur la décision et l’action politique gouvernementales : présentation de Valérie Jeanne-Perrier

Le 20 janvier 2015, Valérie Jeanne-Perrier a présenté le socle initial du corpus Tweets du gouvernement collectés le 20 octobre 2014. Il s’agit là d’une première séquence d’observation flottante en lien avec le conseil des ministres. Deux hypothèses ont été mises au jour. D’abord, la totale déconnexion des espaces entre celui de la décision « réelle », préparée et actée intitutionnellement et celui de l’activité des membres du gouvernement dans cette activité, mise en scène sur leur compte Twitter. En cela, est préservé le secret qui entoure les « délibérations » et « débats » (et les guillemets ont ici toute leur importance) du conseil des ministres. Deux espaces étanches, certes, mais des échos lointains : le politique se présente en posture d’activité décisionnaire, mais le processus n’est pas explicité. Deuxième hypothèse : à travers ces comptes individuels, la décision « apparaît », voire « filtre » comme une polyphonie, résultante des activités autonomes de chacun des membres du gouvernement. Moins qu’une figure en soi, elle apparaît en creux dans la succession des activités de chacun.

L’interview présidentielle : présentation de Thierry Devars

Le 15 décembre 2014, Thierry Devars a présenté aux chercheurs du groupe Defi[pol] son corpus composé de 3 interviews télévisées présidentielles (2012-2014) : le 29 mai 2014 sur France 2 dans le JT de Daniel Pujadas (France 2), le 9 septembre 2012 dans le JT de Claire Chazal (TF1) et le 6 mai 2014 dans l’émissions e Jean-Jacques Bourdin (BFM TV). À travers cette présentation,Thierry Devars a livré des éléments d’analyse sur la contextualisation de ces « événements », ainsi qu’une réflexion sur les lieux médiatiques du pouvoir que constituent le JT de 20 h et désormais les chaînes d’information en continu. Il a également pensé le « spectacle de l’écran » et la scénographie du plateau ou comment chaque dispositif télévisuel donne à lire une forme d’autorité partagée entre politique et journaliste. Enfin, grâce à la retranscription de chaque interview (que l’on peut consulter sur le site de l’Élysée, ce qui constitue un geste fort de patrimonialisation et en dit long sur le rapport de l’État à sa propre autorité), Thierry Devars a mis au jour la « discipline énonciative de l’interview présidentielle ».

Calendrier

Défi[dir] 
10 décembre à 15h : Réunion préliminaire
En fonction de vos disponibilités, cette première réunion nous permettra d’échanger sur les intentions et attentes de chacun pour ce programme de recherche. Une présentation des différents outils disponibles et une revue des terrains envisagés sont aussi prévues.
10 décembre à 18h : Conférence d’Olivier Fournout
Nous sommes heureux de recevoir Olivier Fournout pour une conférence-projection dans le Grand Amphi. Olivier Fournout est chercheur à l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (I3) et Maître de Conférence au sein du département Sciences Économiques et Sociales de Télécom-Paristech. Ses travaux portent sur les relations humaines, le management, selon une approche pluridisciplinaire, avec une attention particulière pour le détour par le cinéma et le théâtre. Son ouvrage Héros. Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma est paru en avril 2014 aux Presses des Mines.
15 janvier à 10h : Séminaire Défidir 
Pour la première édition de notre séminaire mensuel, nous recevrons Véronique Richard & Etienne Candel qui nous présenteront leurs travaux en prolongement de leur étude menée avec Jean-Pierre Beaudouin au Celsa sur l’image du dirigeant de grande entreprise dans les médias.
Défi[pol]
séminaire hebdomadaire
15 décembre : présentation corpus interview présidentielle par Thierry Devars (salle 111, 12 h 30-14h)
6 janvier,  12 h 30 : présentation corpus conférence de presse de François Hollande par Hervé Demailly, présentation du corpus presse franco-allemand par Juliette Charbonneaux et Lisa Bolz
20 janvier, 12 h 30 : présentation du socle initial du corpus Tweets du gouvernement (20 octobre 2014), disparition et/ou rémanence des figures de la décision sur les réseaux sociaux par Valérie Jeanne-Perrier
prochaines séances
3 février, 12 h 30 : présentation « Le geste de numérisation. Enjeux et perspectives de recherche » (autour de la numérisation des communiqués de presse du conseil des ministres depuis 1945 aux Archives nationales) par Camille Rondot et Émeline Seignobos
4 février, 15h30 : réunion de préparation du colloque de restitution
séminaire avec invités 
21 janvier 10h-12h30 invités Pierre Leroux et Philippe Riutort (La politique sur un plateau. Ce que la télévision fait à la représentation, Puf. Liens socio : http://lectures.revues.org/13745) et Aurélien Le Foulgoc (Politique et télévision. Extension du domaine politique, 2010)

Le discours de vœux de François Hollande du 31 décembre 2014 : un message de confiance et d’espérance ?

Ce discours de vœux du 31 décembre 2014, le troisième de François Hollande président de la République, constitue un défi : il faut corriger son image au moment où il est encore très bas dans les sondages, il faut faire passer des messages, clairs ou cryptés, vers diverses cibles, il faut redonner confiance aux Français.

Le président voulait innover et la mise en scène a bien été remarquée : il parle depuis son bureau de l’Elysée (la pièce), assis derrière son bureau (le meuble), dont le dessus est vide. C’était une image pensée, il voulait donner une impression de sérieux et apparaître comme un homme qui travaille. Mais le but ne fut pas atteint, et de nombreux commentateurs ont ironisé sur ce vide devenu symbolique.

Remarquons ensuite que François Hollande prononce un long discours de 1411 mots  en un temps limité, de sept à huit minutes : son débit est donc rapide, 176 mots à la minute, pour dire un texte complexe. De plus son visage est pâle, ses lunettes un peu trop sombres, ce qui contraste avec sa volonté affichée d’optimisme.

Par ailleurs, au lieu du plan traditionnel Vœux, bilan, perspectives, vœux, il se produit un enchevêtrement des thèmes : les vœux attendus au début font défaut et, après une apologie de la France introduite par trois anaphores (« La France, c’est une grand pays », « La France, c’est une diplomatie active », « La France, elle est reconnue par ses innovations, sa culture, le talent de ses entrepreneurs », on passe à un bilan mêlé à l’avenir, et à des perspectives mêlées au bilan, pour terminer par des vœux rapides.

Malgré cet enchaînement peu facile à suivre, le message est volontariste, optimiste, appuyé sur la confiance.

La « confiance » brille dès le début : « c’est un message de confiance ». Elle réapparaît dans le cours du discours et revient quatre fois dans le dernier paragraphe. Elle est donc mentionnée six fois dans le discours, c’est un leitmotiv.  Cette confiance n’est pas seule : elle se conjugue avec l’ « espérance » et le président croit à ce mot plus fort que l’espoir.

Il se montre volontariste et optimiste et, message important, il restera jusqu’à la fin de son mandat. « J’ai tenu bon et suivi fermement le cap que j’avais fixé. Ce combat, je le mènerai jusqu’au bout. » Ces métaphores de la navigation et de la guerre apportent une réponse à ceux qui prédisent son départ anticipé. Et son optimisme s’oppose au « dénigrement et au découragement » ambiants.

Un grand nombre de « je » et de verbes de volonté, l’évocation de son « devoir », soulignent son implication.  Mais c’est aussi l’occasion de donner des gages à sa gauche avec le rappel de la suppression de la première tranche d’impôts, et aux écologistes avec la conférence sur le climat. C’est aussi l’occasion de laisser la responsabilité du chômage aux entreprises : « à elles d’embaucher et d’investir ». Au milieu des nombreux thèmes évoqués, la seule annonce, c’est le développement du service civique. Mais il est vrai que les discours de vœux présidentiels aux Français comportent rarement des annonces.

Une mise en scène pensée, une rhétorique étudiée, une utilisation assez classique des thèmes traditionnels… et pourtant, les bénéfices tirés de l’exercice sont minces : une audience relativement faible pour ce type de circonstance, moins de dix millions de téléspectateurs, pour l’ensemble des chaînes, et peu de retombées dans les médias. Comment comprendre ce décalage entre un discours élaboré et un accueil décevant ? L’explication tient sans doute à la faible crédibilité du chef de l’État à cette période : quoi qu’il dise, au mieux, on ne retient pas, au pire, on ne le croit pas.

La situation va s’inverser une semaine plus tard, quand il apparaîtra comme un garant de la sécurité, des valeurs de la France  et de l’unité nationale dans des circonstances dramatiques.

Françoise Boursin