Vaincu ou vainqueur ? Les réponses de Manuel Valls 22 et 29 mars 2015

Les soirs d’élections, il est d’usage que chaque chef de grand parti affiche sa victoire, avec plus ou moins de modestie… que ce soit une réalité ou non. Les paroles qu’on entend habituellement sur les plateaux de télévision aussi bien que dans la bouche des dirigeants se retrouvent ces deux soirs de résultats pour les élections départementales, les 22 et 29 mars.

Pour le cas de Manuel Valls, le tour de magie est intéressant dès le premier tour. Alors que le PS et ses alliés ont obtenu 19,7% des suffrages exprimés, le FN 25,24% et l’UMP avec l’UDI 27,45%, le discours du Premier ministre minimise fortement les dégâts. Il affiche d’abord sa satisfaction devant le fait que le FN n’est pas arrivé premier et que « les candidats de la majorité ont fait un score honorable ». Il est vrai qu’il est aidé dans ses affirmations par la méthodologie d’affichage du ministère de l’Intérieur, qui laisse difficilement voir le contour de chacun des grands partis. Ce flou lui permet de parler du « total des voix de gauche qui atteint ce soir l’équivalent de celles de la droite »… même si certains partis classés à gauche sont devenus franchement hostiles au gouvernement.

Cette confusion volontaire lui permet de rebondir sur l’avenir, c’est-à-dire sur le dimanche suivant, en affirmant son espoir dans le cas de rassemblement à gauche et de discipline du « front républicain », pour faire barrage au FN. Et il souligne, en le répétant plusieurs fois, l’importance de ce prochain vote « pour notre pays ».

À travers ce discours, on perçoit aisément la stratégie du Premier ministre : c’est son rôle qu’il met en avant. C’est grâce à lui que les résultats du premier tour n’ont pas été si mauvais, c’est encore grâce à lui que ceux du second tour seront meilleurs. C’est une forme de discours d’appel (« j’appelle à une mobilisation puissante, massive »), où le Premier ministre tient la première place : 13 « je » ou « mon », 4 « nous » ou « notre », 4 « les Français », 3 « pays » avec « notre » ou « mon » C’est à sa demande que sera mise en oeuvre la règle du « front républicain » et c’est parce qu’il « aime son pays » et qu’ils « est à l’écoute des Français » qu’il va mener le PS vers la victoire. Il court certes un risque pour le second tour si les résultats sont mauvais, mais il l’assume.

Le 29 mars, ces résultats arrivent peu à peu, donnés par le ministère de l’Intérieur, ils ne sont pas excellents pour Manuel Valls, mais ils auraient pu être pires. Comme il l’admet d’emblée, « la droite républicaine remporte les élections départementales, c’est incontestable » (36,25%). Il se montre beau joueur, il est d’ailleurs difficile de faire autrement. Et s’il reconnaît « un net recul » pour la gauche gouvernementale (25,15%), il souligne tout de même les « bons bilans des exécutifs départementaux », et il déplore « les scores très élevés de l’extrême droite » (22,23%), qu’il n’appelle pas « Front National », sans doute pour souligner la spécificité négative de ce parti. Il se présente ainsi comme un homme politique honnête devant l’adversité, lucide devant les « bouleversements  du paysage politique » et il arrive tout naturellement à une analyse des « attentes, des exigences, de la colère et de la fatigue » des Français.

Cette recherche affichée des explications lui permet de rappeler qu’il se soucie des Français, et en même temps de présenter une vision favorable des réformes en cours, avec un effet d’accumulation : c’est un moyen de dire « Je travaille pour vous ». Les lendemains sont peints comme idylliques, « l’espoir » est répété 3 fois à la fin du discours.

Manuel Valls se présente comme le recours face à tous les dangers qui menacent « notre pays », il utilise 12 fois « je », mais aussi 14 fois « nous » : le « je montre sa volonté et sa détermination, le « nous » rappelle qu’il est à l’écoute des Français et qu’il partage leur sort. « Les Français » sont cités deux fois et « la France » 3 fois, ce qui lui donne une dimension d’homme d’Etat. Quant au président de la République, il est mentionné une fois, comme figure tutélaire lointaine : le Premier ministre s’occupe des Français et les comprend pendant que le chef de l’État fait un discours à Tunis sur la démocratie! Manuel Valls se montre loyal, au moins en apparence.

Les élections départementales constituaient une épreuve pour le Premier Ministre, après les municipales, les sénatoriales et avant les régionales. Il risquait de ne pas y survivre, comme Jean-Marc Ayraut après les municipales l’année dernière. Mais tandis que le président de la République avait choisi de peu s’y investir, Manuel Valls s’était fortement impliqué sur le terrain, en s’opposant au Front National et en plaidant pour le « front républicain ». À travers ses deux discours, malgré des résultats décevants, il montre son courage en assumant ses choix, son énergie, sa compétence et sa proximité avec les Français. S’il a perdu les élections, il a gagné en image, il a au moins tout fait pour la préserver. Et il peint avec habileté son portrait, celui d’un premier ministre présent et futur.

Appel à communication Colloque Défi

Appel à communication

COLLOQUE

FIGURES DES DÉCIDEURS EN RÉGIME MÉDIATIQUE

Représenter la décision politique et économique : un défi communicationnel

 

24-25 septembre 2015

CELSA

77, rue de Villiers

92200 Neuilly-sur-Seine

 

Nouveaux supports, nouveaux acteurs, nouveaux formats : le système médiatique dans ses reconfigurations accélérées semble porteur d’une réinvention des formes prises par l’expression du pouvoir économique ou politique dans la société.

Quels sont les effets de ces évolutions sur les processus de médiatisation des figures traditionnelles de l’autorité et de la décision ? Dans quelle mesure leur légitimité est-elle recomposée, voire remise en question, par ces formes de médiation éclatées ? Si tout un chacun peut devenir acteur médiatique et prendre la parole dans l’espace public[1], il semble désormais particulièrement pertinent de s’interroger sur les modes de production des figures de la décision au cœur de ce nouveau régime médiatique.

De fait, exercer le pouvoir, que l’on soit dirigeant d’entreprise ou acteur du politique, implique des compétences communicationnelles spécifiques, qui doivent évoluer avec les contextes médiatiques. Et cet enjeu concerne au premier chef la publicisation de la décision, dans le domaine politique comme dans le domaine économique.

« Veiller à la rigueur, à la clarté et à l’efficacité du processus de décision. » Tel est le mot d’ordre clairement formulé dans une circulaire du 12 septembre 2014 définissant, sous l’égide des services du Premier ministre, la méthode du travail gouvernemental. C’est que, poursuit le texte, « à l’heure des chaînes d’information continue et des réseaux sociaux, maîtriser le message adressé aux Français demande le plus grand professionnalisme et beaucoup de sang froid »[2]. Gouverner un pays suppose donc désormais de maîtriser les trajectoires médiatiques empruntées par les messages politiques et d’incarner les décisions prises.

D’une façon similaire, quoique dans un écosystème différent, le chef d’entreprise, qui assume la responsabilité de l’entreprise dans toutes ses dimensions stratégiques, financières et managériales, se trouve également enjoint à la communication et à la justification de ses décisions auprès de l’ensemble des parties prenantes et de la société civile. Sollicité lors d’événements souvent fortement médiatisés (rachats, fusions, réorganisations, lancements de nouveaux produits, ouverture de nouveaux marchés), il est le vecteur médiatique de l’entreprise, incarnant sa stratégie et défendant ses positions.

 

Comment l’évolution du système médiatique modifie-t-elle les formes prises par les figures du pouvoir ? L’expansion des réseaux dits sociaux, et plus généralement la « digitalisation » de la société, ont contribué à brouiller la donne : alors que l’accès aux médias se démocratise, alors que l’offre médiatique ne cesse de croître, les frontières séparant vie privée et vie publique tendent à se déplacer, redonnant vigueur à l’exigence de transparence qui anime les régimes démocratiques ; dans le même esprit, répondre à la pression sociale conduit le monde économique à élaborer des règles de « bonne gouvernance ». La figure du décideur se dessine désormais aussi, et peut-être surtout, à l’aune de ses paroles, de ses faits et de ses gestes, posant le socle d’une nouvelle hiérarchie entre décision de faire et décision de dire.

Cela ne va pas sans paradoxe : car, quel que soit l’appareil administratif ou juridique régulant le processus de décision, peut-on vraiment donner à voir le processus de la décision, qu’il soit collégial ou individuel ? Est-il possible d’envisager la représentation d’une figure du décideur en acte, alors que le moment de la décision ne se donne à voir qu’à l’état de traces incertaines, lacunaires, souvent invérifiables ou inscrites dans des formats codifiés ?

Ce colloque propose d’analyser les tensions, crises et permanences qui traversent les figures de la décision et de l’autorité, dans la sphère politique comme dans le monde économique. Tout en prenant en compte les spécificités de chaque sphère (notamment sur les processus de promotion au rang de décideurs, élection ou nomination), il s’agit d’évaluer l’effet exercé par l’éclatement des médiations sur la légitimité des figures des décideurs, figures tenues par un impératif de « transparence » comme par une manifestation raisonnée d’une compétence superlative. Seront ainsi pensés les liens complexes entre les évolutions du système médiatique et la fabrication des figures des décideurs, entre dévoilement, révélation et, parfois, soustraction à la scène publique.

 

Ce colloque vient conclure le programme de recherche DÉFI (« Les décideurs : figures médiatiques de l’autorité ») coordonné par le GRIPIC entre septembre 2014 et septembre 2015 en partenariat avec l’INSEAD et les Archives nationales (département Exécutif et Législatif), dans le cadre des projets Convergence de l’Idex Paris-Sorbonne (septembre 2014-octobre 2015). Les deux journées de colloque seront l’occasion de partager les premiers résultats de cette recherche collective et de réunir des chercheurs issus de différents horizons disciplinaires dont les recherches s’intéressent à ces thématiques.

 

Le colloque s’organisera autour de trois axes principaux :

Axe 1

Renouvellement et permanence des figures de décideurs politiques et économiques

Seront interrogées, dans ce premier axe, les reconfigurations et métamorphoses enregistrées par les figures de décideurs dans les domaines politique et économique. Émergence de nouveaux acteurs médiatiques, professionnalisation de la communication dirigeante, féminisation de fonctions dites d’autorité, nouveaux dispositifs de médiatisation comme la télé-réalité, usage des plateformes offertes par les réseaux sociaux : autant de phénomènes qui entrent en jeu dans la reconfiguration des figures médiatiques du pouvoir. Entre tradition et mutation, on analysera les pratiques de production, de promotion et de recyclage des formes de l’autorité au centre du fonctionnement des organisations politiques et socio-économiques. Au cœur de ce premier axe se trouve donc le projet d’esquisser un inventaire de ces figures en respectant leur diversité et leur singularité (du chef politique au dirigeant du CAC 40 en passant par le patron de PME).

Axe 2

La médiatisation comme légitimation ou délégitimation des figures d’autorité

Les propositions de communication inscrites dans ce deuxième axe se demanderont dans quelle mesure la médiatisation participe à la fabrication des figures de décideurs. La multiplication des supports médiatiques, l’évolution des formats éditoriaux et le développement des médias informatisés sont-ils synonymes de nouveaux modes de légitimation ? Dans quelle mesure participent-ils d’une permanente mise en jeu, et parfois remise en cause, de la légitimité des figures d’autorité ? Seront particulièrement appréciées les propositions questionnant les liens qui unissent les figures de décideurs, les dispositifs médiatiques (qu’il s’agisse de dispositifs très ritualisés comme la conférence de presse, l’interview ou la remise de prix, ou d’espaces éditorialisés de représentation de soi à l’instar des plateformes numériques) et les acteurs de légitimation, qu’ils soient « nouveaux » (les spécialistes de l’e-réputation par exemple) ou plus traditionnels (les journalistes notamment).

Axe 3

Publicisation, occultation, (in)visibilité des processus de décision

En déplaçant le questionnement de la figure du décideur vers le processus de décision, ce troisième axe entend analyser les formes d’inscription des figures de l’autorité dans les supports assurant la mise en visibilité de leur action. Si la décision politique et économique s’énonce, s’annonce, s’explique éventuellement, qu’en est-il du processus, complexe, difficile, parfois impossible à reconstituer et souvent considéré comme « occulte », dont elle est issue ? On pense par exemple au conseil des ministres, réunion hebdomadaire et ritualisée de l’exécutif, qui ne laisse filtrer de ses délibérations que ce qui est consigné dans le rituel communiqué de presse, simple enregistrement des « décisions » (ou « non-décisions ») prises en amont. Il en est de même pour les conseils d’administration ou les comités de direction, dont la publicisation plus ou moins confidentielle laisse planer des imaginaires nombreux sur les processus de décision.

 

Modalités de soumission 

Adresser à defi.colloque@gmail.com un résumé de 500 mots (ou 3000 signes espaces compris) avec indication de l’axe dans lequel la communication propose de s’inscrire.

Calendrier

  • soumission (résumé) de la proposition pour le 29 mai 2015
  • réponse du comité scientifique autour du 22 juin 2015

Comité scientifique

Nicole d’Almeida (GRIPIC)

Isabelle Chave (Archives nationales)

David Dubois (INSEAD)

Valérie Jeanne-Perrier (GRIPIC)

Caroline Ollivier-Yaniv (CEDITEC)

Klaus Wertenbroch (INSEAD)

Adeline Wrona (GRIPIC)

Comité d’organisation

Charles Sarraute (GRIPIC)

Émeline Seignobos (GRIPIC)

 

[1] Rappelons notamment le titre évocateur de l’ouvrage à succès publié en 2004 par le journaliste Dan Gillmor, « Nous sommes tous des médias » (We the media).

[2] Circulaire n°5735 définissant la Méthode de travail du gouvernement, disponible sur le site du gouvernement (http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/09/cir_38729.pdf), 12 septembre 2014.

Les conférences de presse de François Hollande : présentation d’Hervé Demailly

Le 6 janvier 2015, Hervé Demailly a présenté le corpus sur lequel il travaille. Il est constitué des 4 conférences de presse tenues par le Président de la République depuis sa prise de fonction (13 novembre 2012, 16 mai 2013, 14 janvier 2014 et 18 septembre 2014).

L’exercice de la conférence de presse répond à une scénographie reposant sur 4 étapes (Roselyne Ringoot, Analyser le discours de presse, 2014, p. 170-174). La première de ces étape est l’invitation qui donne à l’invitant le pouvoir d’accréditation. Puis la parole est  attribuée à l’initiateur pour un discours de cadrage ou de politique générale. Le troisième temps est celui des questions qui peut laisser imaginer une maîtrise moindre de la communication pour l’invitant. Enfin dernière étape, celle de l’après-conférence, dans le cadre d’un cocktail par exemple, qui peut être l’occasion d’échanges moins formels et plus informatifs.

Le corpus est constitué des 4 retransmissions diffusées sur des chaînes de télévision et retrouvées sur You Tube. Ces retransmissions peuvent inclure un avant et un après conférences de presse, généralement composé d’un plateau d’experts et de journalistes en studio. Cette partie, extérieure au dispositif de la conférence de presse, n’est pas étudiée dans cette phase d’analyse.

Le corpus a d’abord été analysé en deux temps : celui de la prise de parole du président  puis celui de l’interaction avec les journalistes.

Les thèmes abordés dans le discours présidentiel ont été relevés et avec eux une première approche des marqueurs linguistiques de l’autorité au travers de l’annonce de prise de décision.

Pour ce qui est de la dimension du questionnement journalistique, un décompte des questions posées a été fait. La nature des questions, l’origine de la question (nom du journaliste et média) est en cours. Cela laisse déjà apparaître des constantes dans la mise en scène de cet exercice de pouvoir et met en avant des singularités propres à l’exercice qu’il faudra peut-être croiser avec des situations d’interview plus classiques.

Enfin, le cadre de la mise en image, tel qu’il est diffusé par les chaînes de télévision, devra aussi être questionné. Cette captation de la conférence de presse est réalisée par un prestataire choisi par le service de communication de l’Élysée. Il doit répondre à des règles de cadrage et de réalisation précises qui mériteront sans doute une analyse.

Calendrier

Défi[dir] 
10 décembre à 15h : Réunion préliminaire
En fonction de vos disponibilités, cette première réunion nous permettra d’échanger sur les intentions et attentes de chacun pour ce programme de recherche. Une présentation des différents outils disponibles et une revue des terrains envisagés sont aussi prévues.
10 décembre à 18h : Conférence d’Olivier Fournout
Nous sommes heureux de recevoir Olivier Fournout pour une conférence-projection dans le Grand Amphi. Olivier Fournout est chercheur à l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (I3) et Maître de Conférence au sein du département Sciences Économiques et Sociales de Télécom-Paristech. Ses travaux portent sur les relations humaines, le management, selon une approche pluridisciplinaire, avec une attention particulière pour le détour par le cinéma et le théâtre. Son ouvrage Héros. Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma est paru en avril 2014 aux Presses des Mines.
15 janvier à 10h : Séminaire Défidir 
Pour la première édition de notre séminaire mensuel, nous recevrons Véronique Richard & Etienne Candel qui nous présenteront leurs travaux en prolongement de leur étude menée avec Jean-Pierre Beaudouin au Celsa sur l’image du dirigeant de grande entreprise dans les médias.
Défi[pol]
séminaire hebdomadaire
15 décembre : présentation corpus interview présidentielle par Thierry Devars (salle 111, 12 h 30-14h)
6 janvier,  12 h 30 : présentation corpus conférence de presse de François Hollande par Hervé Demailly, présentation du corpus presse franco-allemand par Juliette Charbonneaux et Lisa Bolz
20 janvier, 12 h 30 : présentation du socle initial du corpus Tweets du gouvernement (20 octobre 2014), disparition et/ou rémanence des figures de la décision sur les réseaux sociaux par Valérie Jeanne-Perrier
prochaines séances
3 février, 12 h 30 : présentation « Le geste de numérisation. Enjeux et perspectives de recherche » (autour de la numérisation des communiqués de presse du conseil des ministres depuis 1945 aux Archives nationales) par Camille Rondot et Émeline Seignobos
4 février, 15h30 : réunion de préparation du colloque de restitution
séminaire avec invités 
21 janvier 10h-12h30 invités Pierre Leroux et Philippe Riutort (La politique sur un plateau. Ce que la télévision fait à la représentation, Puf. Liens socio : http://lectures.revues.org/13745) et Aurélien Le Foulgoc (Politique et télévision. Extension du domaine politique, 2010)

Manuel Valls parle… pour quoi dire ou pour quoi faire ?

250 jours à Matignon : Manuel Valls est l’invité de Laurent Delahousse  au journal de 20 heures de France 2 dimanche 7 décembre 2014.

Pour faire passer quels messages ? D’abord, mettre fin aux rumeurs qui annoncent son prochain départ : il restera tant qu’il aura le soutien du Président de la République, il n’est pas « un déserteur ». Ensuite, démentir le bruit de ses mauvaises relations avec François Hollande : ils décident et travaillent ensemble, dans « la confiance ». Il n’est pas « le collaborateur » qui « exécute ». Enfin donner un sérieux coup de barre à gauche : succès du pacte de responsabilité,  méfiance face à l’entreprise, enthousiasme mesuré devant les 12 dimanches travaillés, maintien des 35 heures…

Pour quelle stratégie ? Devant la légère remontée du baromètre de confiance qui l’a fait passer de 30 à 34% en décembre, après un sérieux affaissement depuis son entrée en fonction (baromètre TNS SOFRES-SOPRA décembre Figaro Magazine 5 décembre 2014), le Premier ministre souhaite se réconcilier avec sa gauche.

Mais le succès est limité. 35 minutes d’interview pour de faibles retombées dans la presse : une brève dans Le Monde, rien dans Libération, deux pages très critiques dans Le Figaro et une page pas très élogieuse dans Le Parisien. Comment comprendre ce relatif échec ? On peut trouver une explication dans le contraste entre, d’une part, une attitude toujours très ferme, un visage déterminé, un menton opiniâtre, une expression empreinte d’autorité et de franchise, et d’autre part, un langage qui manque de crédibilité : une volte-face sur les relations avec l’entreprise, une vision idyllique de sa collaboration avec François Hollande, des positions sur le temps de travail et l’ouverture des magasins certains dimanches en contradiction avec sa vision antérieure.

Ce grand écart fait penser que le Premier ministre pratique la langue de bois. Même s’il parle bien techniquement, sa sincérité est mise en doute. Il est soupçonné de dire sans faire, ou de dire pour faire croire, au risque de passer pour un caméléon !

Professeur Françoise Boursin