Les conférences de presse de François Hollande : présentation d’Hervé Demailly

Le 6 janvier 2015, Hervé Demailly a présenté le corpus sur lequel il travaille. Il est constitué des 4 conférences de presse tenues par le Président de la République depuis sa prise de fonction (13 novembre 2012, 16 mai 2013, 14 janvier 2014 et 18 septembre 2014).

L’exercice de la conférence de presse répond à une scénographie reposant sur 4 étapes (Roselyne Ringoot, Analyser le discours de presse, 2014, p. 170-174). La première de ces étape est l’invitation qui donne à l’invitant le pouvoir d’accréditation. Puis la parole est  attribuée à l’initiateur pour un discours de cadrage ou de politique générale. Le troisième temps est celui des questions qui peut laisser imaginer une maîtrise moindre de la communication pour l’invitant. Enfin dernière étape, celle de l’après-conférence, dans le cadre d’un cocktail par exemple, qui peut être l’occasion d’échanges moins formels et plus informatifs.

Le corpus est constitué des 4 retransmissions diffusées sur des chaînes de télévision et retrouvées sur You Tube. Ces retransmissions peuvent inclure un avant et un après conférences de presse, généralement composé d’un plateau d’experts et de journalistes en studio. Cette partie, extérieure au dispositif de la conférence de presse, n’est pas étudiée dans cette phase d’analyse.

Le corpus a d’abord été analysé en deux temps : celui de la prise de parole du président  puis celui de l’interaction avec les journalistes.

Les thèmes abordés dans le discours présidentiel ont été relevés et avec eux une première approche des marqueurs linguistiques de l’autorité au travers de l’annonce de prise de décision.

Pour ce qui est de la dimension du questionnement journalistique, un décompte des questions posées a été fait. La nature des questions, l’origine de la question (nom du journaliste et média) est en cours. Cela laisse déjà apparaître des constantes dans la mise en scène de cet exercice de pouvoir et met en avant des singularités propres à l’exercice qu’il faudra peut-être croiser avec des situations d’interview plus classiques.

Enfin, le cadre de la mise en image, tel qu’il est diffusé par les chaînes de télévision, devra aussi être questionné. Cette captation de la conférence de presse est réalisée par un prestataire choisi par le service de communication de l’Élysée. Il doit répondre à des règles de cadrage et de réalisation précises qui mériteront sans doute une analyse.

L’interview politique en comparaison franco-allemande : un bref exposé du corpus

Le 6 janvier 2015, Lisa Bolz et Juliette Charbonneaux ont présenté à l’équipe Défipol leur corpus destiné à saisir le fonctionnement de l’interview politique en comparaison, entre France et Allemagne. Ce corpus comporte trois volets distincts :

–       une série d’interviews publiées au cours de l’année 2014 dans des titres de presse allemands et français (des quotidiens nationaux ou suprarégionaux, régionaux ; des  hebdomadaires) et réalisées avec différentes personnalités politiques (membres du gouvernement et élus locaux, issus des principaux partis dits « de gouvernement »)

–       des entretiens avec des journalistes allemands et français, spécialistes des questions politiques et membres des titres dont sont issues les interviews analysées (en poste en Allemagne ou correspondant en France et inversement).

–       des extraits de manuels destinés à l’enseignement de l’interview comme genre journalistique.

Il s’agira, par l’analyse de ce corpus triadique et franco-allemand de saisir les éventuels invariants de l’exercice de l’interview, de comprendre quels imaginaires sont à l’œuvre dans cet échange particulier et comment ils peuvent être transmis. L’objectif étant, par la comparaison, d’éprouver la pertinence des discours qui diffusent l’idée d’une différence radicale entre les journalismes politiques allemand et français.

Un corpus Tweets sur la décision et l’action politique gouvernementales : présentation de Valérie Jeanne-Perrier

Le 20 janvier 2015, Valérie Jeanne-Perrier a présenté le socle initial du corpus Tweets du gouvernement collectés le 20 octobre 2014. Il s’agit là d’une première séquence d’observation flottante en lien avec le conseil des ministres. Deux hypothèses ont été mises au jour. D’abord, la totale déconnexion des espaces entre celui de la décision « réelle », préparée et actée intitutionnellement et celui de l’activité des membres du gouvernement dans cette activité, mise en scène sur leur compte Twitter. En cela, est préservé le secret qui entoure les « délibérations » et « débats » (et les guillemets ont ici toute leur importance) du conseil des ministres. Deux espaces étanches, certes, mais des échos lointains : le politique se présente en posture d’activité décisionnaire, mais le processus n’est pas explicité. Deuxième hypothèse : à travers ces comptes individuels, la décision « apparaît », voire « filtre » comme une polyphonie, résultante des activités autonomes de chacun des membres du gouvernement. Moins qu’une figure en soi, elle apparaît en creux dans la succession des activités de chacun.

L’interview présidentielle : présentation de Thierry Devars

Le 15 décembre 2014, Thierry Devars a présenté aux chercheurs du groupe Defi[pol] son corpus composé de 3 interviews télévisées présidentielles (2012-2014) : le 29 mai 2014 sur France 2 dans le JT de Daniel Pujadas (France 2), le 9 septembre 2012 dans le JT de Claire Chazal (TF1) et le 6 mai 2014 dans l’émissions e Jean-Jacques Bourdin (BFM TV). À travers cette présentation,Thierry Devars a livré des éléments d’analyse sur la contextualisation de ces « événements », ainsi qu’une réflexion sur les lieux médiatiques du pouvoir que constituent le JT de 20 h et désormais les chaînes d’information en continu. Il a également pensé le « spectacle de l’écran » et la scénographie du plateau ou comment chaque dispositif télévisuel donne à lire une forme d’autorité partagée entre politique et journaliste. Enfin, grâce à la retranscription de chaque interview (que l’on peut consulter sur le site de l’Élysée, ce qui constitue un geste fort de patrimonialisation et en dit long sur le rapport de l’État à sa propre autorité), Thierry Devars a mis au jour la « discipline énonciative de l’interview présidentielle ».

Défi

Ce carnet accompagne un programme de recherche interdisciplinaire consacré à l’évolution des figures de décideurs en régime médiatique. Il s’agit d’analyser l’incidence des mutations médiatiques, et en particulier du développement du numérique, sur les représentations de la décision en matière politique et économique. Comment les décisions politiques et économiques sont-elles médiatisées? Y a-t-il réellement révolution numérique dans ces deux domaines? Comment les figures du pouvoir résistent-elles à la promesse démocratique avancée par les acteurs des réseaux sociaux, et du « web 2.0 »? L’approche est à la fois de temps long, grâce à un partenariat noué avec les Archives nationales, et contemporaine, associant des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (Gripic-Celsa) et des chercheurs en marketing et sciences de gestion (INSEAD).