Vaincu ou vainqueur ? Les réponses de Manuel Valls 22 et 29 mars 2015

Les soirs d’élections, il est d’usage que chaque chef de grand parti affiche sa victoire, avec plus ou moins de modestie… que ce soit une réalité ou non. Les paroles qu’on entend habituellement sur les plateaux de télévision aussi bien que dans la bouche des dirigeants se retrouvent ces deux soirs de résultats pour les élections départementales, les 22 et 29 mars.

Pour le cas de Manuel Valls, le tour de magie est intéressant dès le premier tour. Alors que le PS et ses alliés ont obtenu 19,7% des suffrages exprimés, le FN 25,24% et l’UMP avec l’UDI 27,45%, le discours du Premier ministre minimise fortement les dégâts. Il affiche d’abord sa satisfaction devant le fait que le FN n’est pas arrivé premier et que « les candidats de la majorité ont fait un score honorable ». Il est vrai qu’il est aidé dans ses affirmations par la méthodologie d’affichage du ministère de l’Intérieur, qui laisse difficilement voir le contour de chacun des grands partis. Ce flou lui permet de parler du « total des voix de gauche qui atteint ce soir l’équivalent de celles de la droite »… même si certains partis classés à gauche sont devenus franchement hostiles au gouvernement.

Cette confusion volontaire lui permet de rebondir sur l’avenir, c’est-à-dire sur le dimanche suivant, en affirmant son espoir dans le cas de rassemblement à gauche et de discipline du « front républicain », pour faire barrage au FN. Et il souligne, en le répétant plusieurs fois, l’importance de ce prochain vote « pour notre pays ».

À travers ce discours, on perçoit aisément la stratégie du Premier ministre : c’est son rôle qu’il met en avant. C’est grâce à lui que les résultats du premier tour n’ont pas été si mauvais, c’est encore grâce à lui que ceux du second tour seront meilleurs. C’est une forme de discours d’appel (« j’appelle à une mobilisation puissante, massive »), où le Premier ministre tient la première place : 13 « je » ou « mon », 4 « nous » ou « notre », 4 « les Français », 3 « pays » avec « notre » ou « mon » C’est à sa demande que sera mise en oeuvre la règle du « front républicain » et c’est parce qu’il « aime son pays » et qu’ils « est à l’écoute des Français » qu’il va mener le PS vers la victoire. Il court certes un risque pour le second tour si les résultats sont mauvais, mais il l’assume.

Le 29 mars, ces résultats arrivent peu à peu, donnés par le ministère de l’Intérieur, ils ne sont pas excellents pour Manuel Valls, mais ils auraient pu être pires. Comme il l’admet d’emblée, « la droite républicaine remporte les élections départementales, c’est incontestable » (36,25%). Il se montre beau joueur, il est d’ailleurs difficile de faire autrement. Et s’il reconnaît « un net recul » pour la gauche gouvernementale (25,15%), il souligne tout de même les « bons bilans des exécutifs départementaux », et il déplore « les scores très élevés de l’extrême droite » (22,23%), qu’il n’appelle pas « Front National », sans doute pour souligner la spécificité négative de ce parti. Il se présente ainsi comme un homme politique honnête devant l’adversité, lucide devant les « bouleversements  du paysage politique » et il arrive tout naturellement à une analyse des « attentes, des exigences, de la colère et de la fatigue » des Français.

Cette recherche affichée des explications lui permet de rappeler qu’il se soucie des Français, et en même temps de présenter une vision favorable des réformes en cours, avec un effet d’accumulation : c’est un moyen de dire « Je travaille pour vous ». Les lendemains sont peints comme idylliques, « l’espoir » est répété 3 fois à la fin du discours.

Manuel Valls se présente comme le recours face à tous les dangers qui menacent « notre pays », il utilise 12 fois « je », mais aussi 14 fois « nous » : le « je montre sa volonté et sa détermination, le « nous » rappelle qu’il est à l’écoute des Français et qu’il partage leur sort. « Les Français » sont cités deux fois et « la France » 3 fois, ce qui lui donne une dimension d’homme d’Etat. Quant au président de la République, il est mentionné une fois, comme figure tutélaire lointaine : le Premier ministre s’occupe des Français et les comprend pendant que le chef de l’État fait un discours à Tunis sur la démocratie! Manuel Valls se montre loyal, au moins en apparence.

Les élections départementales constituaient une épreuve pour le Premier Ministre, après les municipales, les sénatoriales et avant les régionales. Il risquait de ne pas y survivre, comme Jean-Marc Ayraut après les municipales l’année dernière. Mais tandis que le président de la République avait choisi de peu s’y investir, Manuel Valls s’était fortement impliqué sur le terrain, en s’opposant au Front National et en plaidant pour le « front républicain ». À travers ses deux discours, malgré des résultats décevants, il montre son courage en assumant ses choix, son énergie, sa compétence et sa proximité avec les Français. S’il a perdu les élections, il a gagné en image, il a au moins tout fait pour la préserver. Et il peint avec habileté son portrait, celui d’un premier ministre présent et futur.

Le discours de vœux de François Hollande du 31 décembre 2014 : un message de confiance et d’espérance ?

Ce discours de vœux du 31 décembre 2014, le troisième de François Hollande président de la République, constitue un défi : il faut corriger son image au moment où il est encore très bas dans les sondages, il faut faire passer des messages, clairs ou cryptés, vers diverses cibles, il faut redonner confiance aux Français.

Le président voulait innover et la mise en scène a bien été remarquée : il parle depuis son bureau de l’Elysée (la pièce), assis derrière son bureau (le meuble), dont le dessus est vide. C’était une image pensée, il voulait donner une impression de sérieux et apparaître comme un homme qui travaille. Mais le but ne fut pas atteint, et de nombreux commentateurs ont ironisé sur ce vide devenu symbolique.

Remarquons ensuite que François Hollande prononce un long discours de 1411 mots  en un temps limité, de sept à huit minutes : son débit est donc rapide, 176 mots à la minute, pour dire un texte complexe. De plus son visage est pâle, ses lunettes un peu trop sombres, ce qui contraste avec sa volonté affichée d’optimisme.

Par ailleurs, au lieu du plan traditionnel Vœux, bilan, perspectives, vœux, il se produit un enchevêtrement des thèmes : les vœux attendus au début font défaut et, après une apologie de la France introduite par trois anaphores (« La France, c’est une grand pays », « La France, c’est une diplomatie active », « La France, elle est reconnue par ses innovations, sa culture, le talent de ses entrepreneurs », on passe à un bilan mêlé à l’avenir, et à des perspectives mêlées au bilan, pour terminer par des vœux rapides.

Malgré cet enchaînement peu facile à suivre, le message est volontariste, optimiste, appuyé sur la confiance.

La « confiance » brille dès le début : « c’est un message de confiance ». Elle réapparaît dans le cours du discours et revient quatre fois dans le dernier paragraphe. Elle est donc mentionnée six fois dans le discours, c’est un leitmotiv.  Cette confiance n’est pas seule : elle se conjugue avec l’ « espérance » et le président croit à ce mot plus fort que l’espoir.

Il se montre volontariste et optimiste et, message important, il restera jusqu’à la fin de son mandat. « J’ai tenu bon et suivi fermement le cap que j’avais fixé. Ce combat, je le mènerai jusqu’au bout. » Ces métaphores de la navigation et de la guerre apportent une réponse à ceux qui prédisent son départ anticipé. Et son optimisme s’oppose au « dénigrement et au découragement » ambiants.

Un grand nombre de « je » et de verbes de volonté, l’évocation de son « devoir », soulignent son implication.  Mais c’est aussi l’occasion de donner des gages à sa gauche avec le rappel de la suppression de la première tranche d’impôts, et aux écologistes avec la conférence sur le climat. C’est aussi l’occasion de laisser la responsabilité du chômage aux entreprises : « à elles d’embaucher et d’investir ». Au milieu des nombreux thèmes évoqués, la seule annonce, c’est le développement du service civique. Mais il est vrai que les discours de vœux présidentiels aux Français comportent rarement des annonces.

Une mise en scène pensée, une rhétorique étudiée, une utilisation assez classique des thèmes traditionnels… et pourtant, les bénéfices tirés de l’exercice sont minces : une audience relativement faible pour ce type de circonstance, moins de dix millions de téléspectateurs, pour l’ensemble des chaînes, et peu de retombées dans les médias. Comment comprendre ce décalage entre un discours élaboré et un accueil décevant ? L’explication tient sans doute à la faible crédibilité du chef de l’État à cette période : quoi qu’il dise, au mieux, on ne retient pas, au pire, on ne le croit pas.

La situation va s’inverser une semaine plus tard, quand il apparaîtra comme un garant de la sécurité, des valeurs de la France  et de l’unité nationale dans des circonstances dramatiques.

Françoise Boursin

Voguer sur un « corpus » d’archives : premiers retours sur une lecture flottante

À l’occasion de la numérisation des communiqués de presse du Conseil des ministres depuis 1945 par notre partenaire, les Archives nationales, Défi se penche sur ces papiers, plus ou moins jaunis, refroidis par le temps, témoins d’une actualité qui fut jadis brûlante, témoins aussi d’un pouvoir exécutif qui se raconte, se justifie parfois, devant la presse et l’opinion. Comment alors aborder cette masse, qui traverse 70 années, deux constitutions et nombre d’événements placés en bonne place dans les livres d’histoire ? Quel regard poser sur ce que l’on appellera, non sans quelques doutes, « corpus ». Un « corpus » (ou un « texte » ?) qui se muera, une fois passé à la numérisation et à la mise en ligne, en outil d’aide à la recherche essentiellement et évidemment historique. Pour prendre la mesure de la tâche et appréhender ces figures d’autorité, ces « décideurs » au sein d’un régime médiatique passé ou en construction, la fameuse lecture dite « flottante » s’est imposée et s’est appliquée au carton (ou Cauchard) coté F60 2772 (mars 1945-mars 1960).

Les premières impressions sont celles qui traversent, du moins l’imaginons-nous, tout chercheur abordant les archives et leur matérialité aussi inconstante que singulière. Un sentiment diffus de toucher du doigt l’authentique, l’unicum, le secret de l’État. Et pourtant nul secret dans ce corpus : les communiqués de presse sont par nature publics. Le Cauchard accueille donc trois « articles », pochettes contenant elles-mêmes des papiers aux textures variées, aux typographies différentes, aux mentions manuscrites ponctuelles, aux encres diverses. S’ensuit une curieuse et peut-être inédite lecture continue des communiqués de presse depuis le gouvernement provisoire de la République jusqu’aux premières heures de la Ve République, en passant par la bien instable IVe République, ses deux présidents de la République et ses innombrables présidents du Conseil. Se lisent en filigrane, à l’œuvre et à l’épreuve des faits, les constitutions, les fonctions et portefeuilles. Puis ces pages prennent vie, comme peuplées de personnages historiques ou en passe de le devenir, qu’on lit dans l’exercice de leur (première) fonction ou de leur apothéose politique. Mitterrand, Mendès-France, De Gaulle bien sûr… côtoient des hommes devenus presque anonymes (en tout cas pour le non-spécialiste, tout juste armé de sa culture générale), des silhouettes fugaces, dont on ne retiendra qu’une communication sur une éphémère et désuète taxe, des noms qui s’effaceront sans crier gare. Enfin, et peut-être surtout, cette lecture flottante est traversée par un sentiment curieux : celui d’une écriture presque tragique de l’histoire. Le lecteur de 2014, dans son exploration linéaire d’un corpus qui n’était pas destiné à l’être, connaît la hiérarchie des événements, sait ce qui marquera les mémoires et fera date. L’issue et les conséquences des communications, des projets de lois, et même des « mesures personnelles » lui sont connues. Quoi de plus ironique que de voir le Conseil se féliciter d’une situation apaisée en Algérie française à la fin de la IVe République ? Dans cet exercice chroniqué d’une politique en œuvre, le quotidien devenu insignifiant au regard de la postérité fréquente, sans trace de hiérarchie, sans mesure, tous sujets confondus, l’histoire, la grande histoire dont résonnent encore les noms et les dates : Dien Bien Phu sur le même plan que le prix d’une taxe sur le blé en somme. Le souffle glacé des archives vient soudainement de se réchauffer.

Émeline Seignobos

Défi

Ce carnet accompagne un programme de recherche interdisciplinaire consacré à l’évolution des figures de décideurs en régime médiatique. Il s’agit d’analyser l’incidence des mutations médiatiques, et en particulier du développement du numérique, sur les représentations de la décision en matière politique et économique. Comment les décisions politiques et économiques sont-elles médiatisées? Y a-t-il réellement révolution numérique dans ces deux domaines? Comment les figures du pouvoir résistent-elles à la promesse démocratique avancée par les acteurs des réseaux sociaux, et du « web 2.0 »? L’approche est à la fois de temps long, grâce à un partenariat noué avec les Archives nationales, et contemporaine, associant des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (Gripic-Celsa) et des chercheurs en marketing et sciences de gestion (INSEAD).