Voguer sur un « corpus » d’archives : premiers retours sur une lecture flottante

À l’occasion de la numérisation des communiqués de presse du Conseil des ministres depuis 1945 par notre partenaire, les Archives nationales, Défi se penche sur ces papiers, plus ou moins jaunis, refroidis par le temps, témoins d’une actualité qui fut jadis brûlante, témoins aussi d’un pouvoir exécutif qui se raconte, se justifie parfois, devant la presse et l’opinion. Comment alors aborder cette masse, qui traverse 70 années, deux constitutions et nombre d’événements placés en bonne place dans les livres d’histoire ? Quel regard poser sur ce que l’on appellera, non sans quelques doutes, « corpus ». Un « corpus » (ou un « texte » ?) qui se muera, une fois passé à la numérisation et à la mise en ligne, en outil d’aide à la recherche essentiellement et évidemment historique. Pour prendre la mesure de la tâche et appréhender ces figures d’autorité, ces « décideurs » au sein d’un régime médiatique passé ou en construction, la fameuse lecture dite « flottante » s’est imposée et s’est appliquée au carton (ou Cauchard) coté F60 2772 (mars 1945-mars 1960).

Les premières impressions sont celles qui traversent, du moins l’imaginons-nous, tout chercheur abordant les archives et leur matérialité aussi inconstante que singulière. Un sentiment diffus de toucher du doigt l’authentique, l’unicum, le secret de l’État. Et pourtant nul secret dans ce corpus : les communiqués de presse sont par nature publics. Le Cauchard accueille donc trois « articles », pochettes contenant elles-mêmes des papiers aux textures variées, aux typographies différentes, aux mentions manuscrites ponctuelles, aux encres diverses. S’ensuit une curieuse et peut-être inédite lecture continue des communiqués de presse depuis le gouvernement provisoire de la République jusqu’aux premières heures de la Ve République, en passant par la bien instable IVe République, ses deux présidents de la République et ses innombrables présidents du Conseil. Se lisent en filigrane, à l’œuvre et à l’épreuve des faits, les constitutions, les fonctions et portefeuilles. Puis ces pages prennent vie, comme peuplées de personnages historiques ou en passe de le devenir, qu’on lit dans l’exercice de leur (première) fonction ou de leur apothéose politique. Mitterrand, Mendès-France, De Gaulle bien sûr… côtoient des hommes devenus presque anonymes (en tout cas pour le non-spécialiste, tout juste armé de sa culture générale), des silhouettes fugaces, dont on ne retiendra qu’une communication sur une éphémère et désuète taxe, des noms qui s’effaceront sans crier gare. Enfin, et peut-être surtout, cette lecture flottante est traversée par un sentiment curieux : celui d’une écriture presque tragique de l’histoire. Le lecteur de 2014, dans son exploration linéaire d’un corpus qui n’était pas destiné à l’être, connaît la hiérarchie des événements, sait ce qui marquera les mémoires et fera date. L’issue et les conséquences des communications, des projets de lois, et même des « mesures personnelles » lui sont connues. Quoi de plus ironique que de voir le Conseil se féliciter d’une situation apaisée en Algérie française à la fin de la IVe République ? Dans cet exercice chroniqué d’une politique en œuvre, le quotidien devenu insignifiant au regard de la postérité fréquente, sans trace de hiérarchie, sans mesure, tous sujets confondus, l’histoire, la grande histoire dont résonnent encore les noms et les dates : Dien Bien Phu sur le même plan que le prix d’une taxe sur le blé en somme. Le souffle glacé des archives vient soudainement de se réchauffer.

Émeline Seignobos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *