Entretien avec Isabelle Chave autour de la numérisation des communiqués de presse des Conseils des ministres

Le programme Défi accompagne la numérisation des communiqués de presse des Conseils des ministres menée par les Archives nationales, institution partenaire.

Uniques traces médiatiques des « décisions » prises, en tout cas « actées », en Conseil des ministres, les communiqués de presse depuis 1945 prochainement mis en ligne dans la salle des inventaires virtuels des Archives nationales constituent un outil de recherche tout à fait inédit.

Isabelle Chave, conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’Exécutif et du Législatif depuis 2012, répond à 5 questions autour des missions des Archives nationales et des enjeux qui traversent la numérisation des archives en général et des communiqués de presse des Conseils des ministres en particulier.

Quelles sont les missions d’un conservateur du patrimoine aux Archives nationales ?
Elles sont naturellement variables, et plus que variées dans les faits, en fonction du poste occupé aux Archives nationales, sur chacun des trois sites. Mais, diplômé de l’Institut national du patrimoine, un conservateur est susceptible d’assurer – en tout ou partie – des missions qui s’attachent à la collecte des archives (suivi des entrées des archives publiques, démarches actives vis-à-vis des détenteurs d’archives privées ou mixtes), à la conservation (du conditionnement en matériaux adaptés à la commande de supports de substitution, numériques le plus souvent), à la description normative et à la conception et réalisation d’outils d’orientation dans les fonds (répertoires numériques, guides de sources, bases de données, fiches d’aide à la recherche, notices historiques sur les producteurs des archives), à la communication (assistance scientifique des chercheurs, instruction des demandes d’autorisation et de dérogation pour les documents non communicables) et à la valorisation culturelle, scientifique et éducative (expositions, colloques, publications imprimées ou en ligne, ateliers pédagogiques) des fonds d’archives, quels que soient leurs supports, conservés par les Archives nationales, du VIIe siècle à nos jours, et pour des fonds  en accroissement constant. Le plus souvent, ces missions s’exercent sur un mode collaboratif et partenarial, en interne ou avec l’extérieur, et toujours avec un recours prégnant aux technologies de l’information et de la communication.

Quels sont les périmètres des fonds et les spécificités du département de l’Exécutif et du Législatif, qui conserve les principales archives relatives aux Conseils des ministres ?
Au sein de la direction des Fonds, l’une des quatre directions des Archives nationales, le département de l’Exécutif et du Législatif (DEL), créé en juillet 2012, a hérité des fonds précédemment conservés, à Paris, par les sections du XIXe siècle et du XXe siècle, en partie, et, à Fontainebleau, par le centre des archives contemporaines, en partie. Conservant un peu plus de 32 kilomètres linéaires d’archives, majoritairement de statut public, gérées de façon collaborative par une équipe scientifique et une équipe technique, le département s’organise en sept pôles, qui sont en charge des archives de la souveraineté et de la décision politique, au plus haut niveau de l’État, de la Révolution française à la Ve République, des archives des Assemblées et des grands organes de contrôle de l’État de la Révolution à nos jours et des archives de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Les entrées d’archives correspondent au premier chef aux versements préparés par les missions Archives placées auprès de la Présidence de la République et des services du Premier ministre, ainsi que par la mission dite de l’Échelon central, au Service interministériel des Archives de France, qui accompagne les versements des grands organes de contrôle de l’État. Mais elles sont complétées par des dons et des dépôts, que l’on qualifie d’entrées par voie extraordinaire, avec une prospection particulière en direction des archives des hommes politiques, complémentaires des fonds versés par l’Élysée et Matignon, et des archives de la Seconde Guerre mondiale (particuliers, associations et organismes).

Quels sont les enjeux de la numérisation des communiqués de presse du Conseil des ministres ?
Les archives documentant les Conseils des ministres, de la sortie de guerre à nos jours, sont de nature diverse. Ordres du jour, communiqués de presse et dossiers des séances, constitués et versés en double collection par le secrétariat du Conseil des ministres et par les secrétaires généraux du Gouvernement, en constituent les principales typologies. Le premier enjeu de ce projet de numérisation est de faciliter spécifiquement l’accès à l’ensemble documentaire qui, parmi elles, est d’ores et déjà librement communicable au regard des délais prévus par la loi sur les archives de 2008, à savoir les communiqués de presse.
Le projet cherche aussi à répondre à un enjeu d’exhaustivité, en rapprochant, sur le temps long – 1945-1981 – et pour les quelque 1800 Conseils des ministres tenus dans cet intervalle chronologique, les fonds conservés aux Archives nationales, avec une commodité d’affichage pour les internautes.
Enfin, l’inventaire en ligne, qui sera le point d’entrée vers la visualisation des images, enrichi par l’apport de termes d’indexation, fournira pour la période un outil d’orientation encore inexistant, signalant, autour de telle thématique par exemple, chacun des Conseils des ministres concerné en raison des informations livrées à la presse via le communiqué de presse final.
L’exploitation concomitante d’ensembles documentaires primitivement éloignés, la combinaison du travail scientifique d’indexation et d’une structuration concrète des documents, la capacité de créer des liens vers ce gisement en ligne, proposé en open access, depuis des espaces personnels ou collaboratifs de travail entre chercheurs, pour constituer de véritables parcours de lecture, sont évidemment autant de possibilités exclusivement rendues possibles par le recours à la numérisation et à la mise en ligne.

Quel est votre regard sur la numérisation et la dématérialisation par rapport au service rendu au public et à la conservation des fonds ? Et partant, les enjeux et les perspectives d’un tel projet ?
Tout chantier de numérisation et de mise en ligne cumule un certain nombre de défis (technologique, économique, juridique, organisationnel, scientifique) que la plus-value apportée, tant en matière d’accessibilité des fonds, de diffusion et de valorisation que, au plan pragmatique, de préservation des supports originaux, convainc de surmonter.
Les projets en la matière sont souvent initialement conçus dans un contexte scientifique et politique précis ; dans le cas présent, du reste, les contours ont été définis très tôt, en partenariat avec vous-même, et vous-même avec l’équipe scientifique rassemblée autour du projet. Organe établi pour discuter et adopter certains des actes principaux du pouvoir exécutif (dépôt des projets de loi d’initiative gouvernementale, nomination de hauts fonctionnaires et d’officiers militaires…), le Conseil des ministres est aussi la seule réunion formelle de l’ensemble des membres du Gouvernement. Seul un compte rendu très synthétique de ses séances est diffusé auprès du public, mais, on le sait, le caractère du Conseil des ministres, point d’aboutissement d’initiatives et de projets élaborés à l’avance, dépend aussi de la personnalité du président, de la situation politique et de l’évolution de la communication gouvernementale. Aussi, est-ce l’analyse sur le temps long de ces comptes rendus qui fait sens et crée le matériau historique, par l’image renvoyée de l’évolution d’une question et de sa visibilité, plus ou moins importante, dans le champ politique et sociétal. Dans ce contexte, les technologies numériques et l’exposition en ligne sont particulièrement appropriées au brassage d’une documentation sérielle et massive (5000 vues pour ce projet) et son analyse concomitante par un collège d’historiens et d’experts, chacun dans sa discipline et avec les champs d’interrogation qui lui sont propres.
Sur le long terme, il y a aussi, nécessairement, un potentiel de relecture de ce gisement – par d’autres équipes scientifiques, dans d’autres contextes, avec d’autres enjeux et d’autres croisements de sources, en articulation avec d’autres programmes de recherche -, que permettra aussi cette diffusion rendue de facto internationale. On peut maîtriser la sélection du corpus et retenir certains choix technologiques, mais rarement préjuger d’un public et de ses usages…
À propos de corpus, et plus largement, un tel projet, qui veut documenter et illustrer la préparation et l’expression de la décision au plus haut niveau de l’État, entre en résonance, non seulement avec les répertoires numériques, parfois très détaillés, que les Archives nationales mettent en ligne pour décrire les archives de la présidence de la République, des services du Premier ministre, des cabinets et des conseillers ministériels et les fonds personnels d’hommes politiques, offrant tout le contexte nécessaire à l’interprétation et à l’exploitation historiennes de ces communiqués de presse, mais aussi avec d’autres chantiers de numérisation et de mise en ligne ciblés, je pense en particulier aux discours présidentiels. Ces communiqués de presse de la Ve République en ligne seront une brique de cette bibliothèque numérique en formation qui, pour l’institution patrimoniale que sont les Archives nationales, a aussi pour ambition de créer des perspectives de coopération.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *