Vaincu ou vainqueur ? Les réponses de Manuel Valls 22 et 29 mars 2015

Les soirs d’élections, il est d’usage que chaque chef de grand parti affiche sa victoire, avec plus ou moins de modestie… que ce soit une réalité ou non. Les paroles qu’on entend habituellement sur les plateaux de télévision aussi bien que dans la bouche des dirigeants se retrouvent ces deux soirs de résultats pour les élections départementales, les 22 et 29 mars.

Pour le cas de Manuel Valls, le tour de magie est intéressant dès le premier tour. Alors que le PS et ses alliés ont obtenu 19,7% des suffrages exprimés, le FN 25,24% et l’UMP avec l’UDI 27,45%, le discours du Premier ministre minimise fortement les dégâts. Il affiche d’abord sa satisfaction devant le fait que le FN n’est pas arrivé premier et que « les candidats de la majorité ont fait un score honorable ». Il est vrai qu’il est aidé dans ses affirmations par la méthodologie d’affichage du ministère de l’Intérieur, qui laisse difficilement voir le contour de chacun des grands partis. Ce flou lui permet de parler du « total des voix de gauche qui atteint ce soir l’équivalent de celles de la droite »… même si certains partis classés à gauche sont devenus franchement hostiles au gouvernement.

Cette confusion volontaire lui permet de rebondir sur l’avenir, c’est-à-dire sur le dimanche suivant, en affirmant son espoir dans le cas de rassemblement à gauche et de discipline du « front républicain », pour faire barrage au FN. Et il souligne, en le répétant plusieurs fois, l’importance de ce prochain vote « pour notre pays ».

À travers ce discours, on perçoit aisément la stratégie du Premier ministre : c’est son rôle qu’il met en avant. C’est grâce à lui que les résultats du premier tour n’ont pas été si mauvais, c’est encore grâce à lui que ceux du second tour seront meilleurs. C’est une forme de discours d’appel (« j’appelle à une mobilisation puissante, massive »), où le Premier ministre tient la première place : 13 « je » ou « mon », 4 « nous » ou « notre », 4 « les Français », 3 « pays » avec « notre » ou « mon » C’est à sa demande que sera mise en oeuvre la règle du « front républicain » et c’est parce qu’il « aime son pays » et qu’ils « est à l’écoute des Français » qu’il va mener le PS vers la victoire. Il court certes un risque pour le second tour si les résultats sont mauvais, mais il l’assume.

Le 29 mars, ces résultats arrivent peu à peu, donnés par le ministère de l’Intérieur, ils ne sont pas excellents pour Manuel Valls, mais ils auraient pu être pires. Comme il l’admet d’emblée, « la droite républicaine remporte les élections départementales, c’est incontestable » (36,25%). Il se montre beau joueur, il est d’ailleurs difficile de faire autrement. Et s’il reconnaît « un net recul » pour la gauche gouvernementale (25,15%), il souligne tout de même les « bons bilans des exécutifs départementaux », et il déplore « les scores très élevés de l’extrême droite » (22,23%), qu’il n’appelle pas « Front National », sans doute pour souligner la spécificité négative de ce parti. Il se présente ainsi comme un homme politique honnête devant l’adversité, lucide devant les « bouleversements  du paysage politique » et il arrive tout naturellement à une analyse des « attentes, des exigences, de la colère et de la fatigue » des Français.

Cette recherche affichée des explications lui permet de rappeler qu’il se soucie des Français, et en même temps de présenter une vision favorable des réformes en cours, avec un effet d’accumulation : c’est un moyen de dire « Je travaille pour vous ». Les lendemains sont peints comme idylliques, « l’espoir » est répété 3 fois à la fin du discours.

Manuel Valls se présente comme le recours face à tous les dangers qui menacent « notre pays », il utilise 12 fois « je », mais aussi 14 fois « nous » : le « je montre sa volonté et sa détermination, le « nous » rappelle qu’il est à l’écoute des Français et qu’il partage leur sort. « Les Français » sont cités deux fois et « la France » 3 fois, ce qui lui donne une dimension d’homme d’Etat. Quant au président de la République, il est mentionné une fois, comme figure tutélaire lointaine : le Premier ministre s’occupe des Français et les comprend pendant que le chef de l’État fait un discours à Tunis sur la démocratie! Manuel Valls se montre loyal, au moins en apparence.

Les élections départementales constituaient une épreuve pour le Premier Ministre, après les municipales, les sénatoriales et avant les régionales. Il risquait de ne pas y survivre, comme Jean-Marc Ayraut après les municipales l’année dernière. Mais tandis que le président de la République avait choisi de peu s’y investir, Manuel Valls s’était fortement impliqué sur le terrain, en s’opposant au Front National et en plaidant pour le « front républicain ». À travers ses deux discours, malgré des résultats décevants, il montre son courage en assumant ses choix, son énergie, sa compétence et sa proximité avec les Français. S’il a perdu les élections, il a gagné en image, il a au moins tout fait pour la préserver. Et il peint avec habileté son portrait, celui d’un premier ministre présent et futur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *