Le discours de vœux de François Hollande du 31 décembre 2014 : un message de confiance et d’espérance ?

Ce discours de vœux du 31 décembre 2014, le troisième de François Hollande président de la République, constitue un défi : il faut corriger son image au moment où il est encore très bas dans les sondages, il faut faire passer des messages, clairs ou cryptés, vers diverses cibles, il faut redonner confiance aux Français.

Le président voulait innover et la mise en scène a bien été remarquée : il parle depuis son bureau de l’Elysée (la pièce), assis derrière son bureau (le meuble), dont le dessus est vide. C’était une image pensée, il voulait donner une impression de sérieux et apparaître comme un homme qui travaille. Mais le but ne fut pas atteint, et de nombreux commentateurs ont ironisé sur ce vide devenu symbolique.

Remarquons ensuite que François Hollande prononce un long discours de 1411 mots  en un temps limité, de sept à huit minutes : son débit est donc rapide, 176 mots à la minute, pour dire un texte complexe. De plus son visage est pâle, ses lunettes un peu trop sombres, ce qui contraste avec sa volonté affichée d’optimisme.

Par ailleurs, au lieu du plan traditionnel Vœux, bilan, perspectives, vœux, il se produit un enchevêtrement des thèmes : les vœux attendus au début font défaut et, après une apologie de la France introduite par trois anaphores (« La France, c’est une grand pays », « La France, c’est une diplomatie active », « La France, elle est reconnue par ses innovations, sa culture, le talent de ses entrepreneurs », on passe à un bilan mêlé à l’avenir, et à des perspectives mêlées au bilan, pour terminer par des vœux rapides.

Malgré cet enchaînement peu facile à suivre, le message est volontariste, optimiste, appuyé sur la confiance.

La « confiance » brille dès le début : « c’est un message de confiance ». Elle réapparaît dans le cours du discours et revient quatre fois dans le dernier paragraphe. Elle est donc mentionnée six fois dans le discours, c’est un leitmotiv.  Cette confiance n’est pas seule : elle se conjugue avec l’ « espérance » et le président croit à ce mot plus fort que l’espoir.

Il se montre volontariste et optimiste et, message important, il restera jusqu’à la fin de son mandat. « J’ai tenu bon et suivi fermement le cap que j’avais fixé. Ce combat, je le mènerai jusqu’au bout. » Ces métaphores de la navigation et de la guerre apportent une réponse à ceux qui prédisent son départ anticipé. Et son optimisme s’oppose au « dénigrement et au découragement » ambiants.

Un grand nombre de « je » et de verbes de volonté, l’évocation de son « devoir », soulignent son implication.  Mais c’est aussi l’occasion de donner des gages à sa gauche avec le rappel de la suppression de la première tranche d’impôts, et aux écologistes avec la conférence sur le climat. C’est aussi l’occasion de laisser la responsabilité du chômage aux entreprises : « à elles d’embaucher et d’investir ». Au milieu des nombreux thèmes évoqués, la seule annonce, c’est le développement du service civique. Mais il est vrai que les discours de vœux présidentiels aux Français comportent rarement des annonces.

Une mise en scène pensée, une rhétorique étudiée, une utilisation assez classique des thèmes traditionnels… et pourtant, les bénéfices tirés de l’exercice sont minces : une audience relativement faible pour ce type de circonstance, moins de dix millions de téléspectateurs, pour l’ensemble des chaînes, et peu de retombées dans les médias. Comment comprendre ce décalage entre un discours élaboré et un accueil décevant ? L’explication tient sans doute à la faible crédibilité du chef de l’État à cette période : quoi qu’il dise, au mieux, on ne retient pas, au pire, on ne le croit pas.

La situation va s’inverser une semaine plus tard, quand il apparaîtra comme un garant de la sécurité, des valeurs de la France  et de l’unité nationale dans des circonstances dramatiques.

Françoise Boursin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *