Manuel Valls parle… pour quoi dire ou pour quoi faire ?

250 jours à Matignon : Manuel Valls est l’invité de Laurent Delahousse  au journal de 20 heures de France 2 dimanche 7 décembre 2014.

Pour faire passer quels messages ? D’abord, mettre fin aux rumeurs qui annoncent son prochain départ : il restera tant qu’il aura le soutien du Président de la République, il n’est pas « un déserteur ». Ensuite, démentir le bruit de ses mauvaises relations avec François Hollande : ils décident et travaillent ensemble, dans « la confiance ». Il n’est pas « le collaborateur » qui « exécute ». Enfin donner un sérieux coup de barre à gauche : succès du pacte de responsabilité,  méfiance face à l’entreprise, enthousiasme mesuré devant les 12 dimanches travaillés, maintien des 35 heures…

Pour quelle stratégie ? Devant la légère remontée du baromètre de confiance qui l’a fait passer de 30 à 34% en décembre, après un sérieux affaissement depuis son entrée en fonction (baromètre TNS SOFRES-SOPRA décembre Figaro Magazine 5 décembre 2014), le Premier ministre souhaite se réconcilier avec sa gauche.

Mais le succès est limité. 35 minutes d’interview pour de faibles retombées dans la presse : une brève dans Le Monde, rien dans Libération, deux pages très critiques dans Le Figaro et une page pas très élogieuse dans Le Parisien. Comment comprendre ce relatif échec ? On peut trouver une explication dans le contraste entre, d’une part, une attitude toujours très ferme, un visage déterminé, un menton opiniâtre, une expression empreinte d’autorité et de franchise, et d’autre part, un langage qui manque de crédibilité : une volte-face sur les relations avec l’entreprise, une vision idyllique de sa collaboration avec François Hollande, des positions sur le temps de travail et l’ouverture des magasins certains dimanches en contradiction avec sa vision antérieure.

Ce grand écart fait penser que le Premier ministre pratique la langue de bois. Même s’il parle bien techniquement, sa sincérité est mise en doute. Il est soupçonné de dire sans faire, ou de dire pour faire croire, au risque de passer pour un caméléon !

Professeur Françoise Boursin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *