L’autorité d’un jugement merkelien

Lundi, Ouest France titrait « Merkel invite Paris à réformer davantage » avant d’estimer que ses propos « ravivent les tensions franco-allemandes ». Mardi, Libération revenait dans un billet sur un tweet de Jean-Luc Mélenchon invitant la chancelière à « la fermer » et à « s’occuper de ses pauvres et de ses équipements en ruines » et Bernard Guetta lui consacrait sa chronique dans la matinale de France Inter. « Angela Merkel remet la pression sur Paris », pouvait-on lire dans le cahier économique du Monde du 9 décembre, tandis que sa déclaration se voyait résumée par l’adjectif « insuffisant » en appel à la Une. Mercredi, Le Monde ajoutait une pierre à l’édifice en consacrant sa page 2 à « l’hyperchancelière et ses limites ».

À l’origine de cet inquiet bruissement médiatique, une interview donnée par Angela Merkel à l’édition dominicale du quotidien allemand die Welt et parue le 07 décembre 2014. Titré « Conduiriez-vous la guerre, Madame Merkel ? », l’échange s’engageait sur la situation ukrainienne et la question d’une possible intervention interétatique face à Poutine. « La chancelière Merkel plaide pour la rigueur contre la Russie, le traité de libre-échange avec les États-Unis et la taxe de solidarité », annonçait ainsi le chapô. Pourtant, ce sont les mots suivants que la rédaction de la Welt a choisi de placer en exergue, en appel de Une, aux côtés d’un portrait d’Angela Merkel : « Interview exclusive. Merkel : la France doit faire un effort supplémentaire ».

Or, cet exergue est le prélèvement sélectif de propos qui, d’une part, n’arrivent que tardivement dans le long échange présenté en pages intérieures et qui, d’autre part, concernaient au même titre la France et l’Italie, ensuite oubliée à la Une. Ce parti pris éditorial montre bien que les médias français ne sont pas les seuls à imaginer un potentiel attractif à la dramatisation des relations franco-allemandes. Par ce choix, la rédaction de la Welt a facilité le travail des premiers médiateurs des opinions allemandes que sont les correspondants français et, par là, la circulation du jugement merkelien. Ce cas bien circonscrit révèle comment la transaction d’imaginaires à l’oeuvre de part et d’autre de Rhin participe de l’institution d’Angela Merkel en figure d’autorité européenne.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *